"Le casse-tête des langues en entreprise", un article de Jean-François Polo dans "les echos.fr" du 3 décembre 2007

mercredi 5 décembre 2007

Un quart des salariés des entreprises françaises de 20 salariés ou plus sont amenés à pratiquer une langue étrangère à l’occasion de leur activité professionnelle.

Plus d’un demi-million de salariés français utilisent une langue étrangère au travail, tout en en éprouvant une gêne. Tel est le spectaculaire constat dressé par une enquête de la Direction de l’animation, de la recherche, des études et des statistiques du ministère de l’Emploi (Dares) portant sur les conditions d’activité professionnelle et les carrières. La plupart des résultats de cette étude ne seront publiés que l’an prochain. Mais les données concernant spécifiquement la pratique des langues étrangères dans l’entreprise doivent, elles, être dévoilées dès aujourd’hui à l’occasion d’un colloque organisé par la Délégation générale à la langue française, « Le français, une langue pour l’entreprise ».

Responsabilité élevée

Premier enseignement de l’enquête de la Dares, analysée par le Centre d’études de l’emploi : les langues étrangères, et au premier chef l’anglais, tiennent une place très significative dans le quotidien des travailleurs français. Parmi les 14.350 collaborateurs d’entreprises de 20 personnes ou plus interrogés, représentatifs de 7,5 millions de salariés environ, 26 % exercent une activité impliquant de parler ou d’écrire régulièrement un idiome étranger. Dans 89 % des cas, il s’agira en premier lieu de l’anglais, loin devant l’allemand (5 %), l’espagnol (2 %), l’italien (1 %). La proportion de personnes amenées à lire des documents rédigés dans une langue autre que la leur est plus élevée encore, puisqu’elle atteint 32 %.

(...)
Le point le plus révélateur de l’enquête est cependant celui touchant à la proportion des interviewés qui affirment que la lecture d’un texte en langue étrangère présente pour eux un caractère gênant. Tel est le cas de 22 % d’entre eux.

Lire l’article complet sur le site de les echos.fr

les echos.fr