L’enseignement des sciences physiques et chimiques dans les sections européennes et de langues orientales (SELO)

lundi 14 janvier 2008
 Laure PESKINE

Notice du rapport :
Ce rapport du groupe des sciences physiques et chimiques de l’inspection générale de l’éducation nationale rend compte des résultats d’une enquête visant, d’une part, à percevoir la place occupée aujourd’hui par la discipline sciences physiques et chimiques dans les sections européennes et de langues orientales (SELO) implantées dans des lycées d’enseignement général et technologique et, d’autre part, à identifier les facteurs qui permettraient de favoriser le développement de celles-ci. Cette enquête révèle une grande diversité des politiques académiques. Elle met en évidence les difficultés observées dans l’organisation de l’épreuve spécifique au baccalauréat. Elle montre également que la formation des professeurs stagiaires à la prise en charge d’un enseignement de sciences physiques en langue étrangère n’est généralement pas assurée par les IUFM. La ressource en enseignants compétents est réelle, mais il convient d’encourager les professeurs à passer l’épreuve de certification complémentaire. En conclusion, le rapport émet des recommandations destinées à venir en aide aux professeurs enseignant dans ces sections.

Rapporteurs : Philippe BASSINET, Gilbert PIETRYK. Inspecteurs généraux de l’éducation nationale.

Télécharger le rapport sur le site de la Documentation Française

La parution de ce rapport a été signalé sur le site Émilangues

En conclusion le rapport souligne que l’intérêt des sections européennes n’est pas uniquement d’ordre linguistique. L’enseignement en langue étrangère replace inévitablement les sciences dans un contexte historique et culturel auquel elles ont rarement accès. Elle ne s’adressent plus à une minorité. Au contraire, elles montrent ainsi qu’elles concernent l’ensemble de la population.
L’enseignement des sciences en langue étrangère permet une initiation à l’histoire et à la
philosophie des sciences qui fait défaut. Il introduit en plus une dimension scientifique dans
l’histoire contemporaine elle-même et dans la politique.


La Documentation Française