"Traduire, transposer et transformer en DNL" : un exposé de Franck Le Cars

vendredi 4 janvier 2008
 Laure PESKINE

Cette communication a été présentée lors des journées de mutualisation des D.N.L., Pôles Sud-Est des IUFM, à Montpellier en mai 2007. Enseignant de DNL en section européenne, Franck Le Cars propose, à partir de son expérience, une réflexion sur la manière d’élaborer un enseignement de DNL et sur ce qu’implique le décentrage par rapport aux pratiques traditionnelles d’enseignement.

"Mon court exposé présente une expérience, un questionnement de professeur de terrain et des hypothèses afin de répondre à trois questions :

La classique : Comment expliquer le succès des sections européennes ? Qu’y enseigne-t-on de spécifique ?

Et surtout en finir avec la question que tout le monde nous pose 50 fois dans l’année, dès que l’on présente un emploi du temps, une répartition de service, ou un bulletin scolaire,… :

La sempiternelle : « la DNL ? Qu’est-ce que c’est ? »

Pour cela, je partirai du premier point du texte fondateur des S.E. : Enseigner « tout ou partie du programme d’une ou plusieurs disciplines dans la langue de la section » (B.O.E.N. de 1992). C’est un engagement à un travail linguistique. Ce qui nous ramène à

L’existentielle : Est-ce simplement traduire un cours ?

J’ai longtemps cherché des réponses simples et je me suis aperçu que l’enseignement de DNL peut se présenter grossièrement en trois étapes que je résume par la règle des 3 « tra ». Je vais exposer très brièvement ces trois étapes. Vous comprendrez rapidement que ce « modèle » n’est que le fruit de la réflexion d’un professeur de DNL. Il n’a aucune prétention scientifique. C’est une proposition à débattre, à compléter, à remettre en cause…

Lire l’article