Conserver et enrichir la langue française, nous devons tous y participer !!

jeudi 22 mai 2008

La pression de la langue anglaise s’accélère au sein de la Commission Européenne.
En moins de dix ans, le français est devenu une langue minoritaire au sein de l’exécutif européen, seuls 14% des documents sont encore rédigés en français …et ça diminue.
Depuis le début de la dernière Présidence, toute l’information et la communication vers l’extérieur se fait presque uniquement en anglais.
A quelques semaines de la Présidence française, ce déséquilibre pose une véritable question.

Conserver et enrichir la langue française, nous devons tous y participer !

La mode est aux mots venus d’ailleurs, parfois difficiles à comprendre, à prononcer ou à écrire,
pour la plupart des gens.
Certes, le français est bien vivant et l’adaptation de son vocabulaire aux évolutions du monde contemporain se fait en grande partie directement dans les laboratoires, les ateliers ou les bureaux d’étude.
Pour demeurer vivante, une langue doit être en mesure d’exprimer le monde moderne
dans toute sa diversité et sa complexité. Chaque année, dans notre monde désormais dominé par la technique, des milliers de notions et de réalités nouvelles apparaissent, qu’il faut pouvoir comprendre et nommer. En effet, les professionnels doivent pouvoir communiquer dans leur langue de façon précise, les traducteurs traduire correctement en français les textes techniques, les citoyens s’approprier ces réalités, souvent très complexes, dans leur langue.
Mais pour éviter que, dans certains domaines, les professionnels soient obligés de recourir
massivement à l’utilisation de termes étrangers qui ne sont pas compréhensibles par tous, la
création de termes français pour nommer les réalités d’aujourd’hui doit être encouragée et
facilitée : la production terminologique en français est donc un impératif.
C’est pourquoi, depuis plus de trente ans, les pouvoirs publics incitent à la création, à la diffusion et à l’emploi de termes français nouveaux.
Coordonné et animé par la Délégation Générale à la Langue Française et aux Langues de France, le dispositif permet d’oeuvrer de façon coordonnée à l’élaboration d’une terminologie sûre et cohérente, conforme aux règles de formation des mots en français, la mettre à la disposition des professionnels et rendre les nouvelles notions scientifiques et techniques accessibles au plus large public.
Retrouvez tous ces termes techniques et bien d’autres encore sur :
www.franceterme.culture.fr

Que la presse et les médias, que les traducteurs, en particulier dans les organisations internationales où le français est langue officielle et langue de travail, disposent des termes français nécessaires dans les domaines spécialisés, que l’enseignement des disciplines scientifiques puisse se faire en français, pour transmettre le savoir dans notre langue : l’enjeu est particulièrement important pour le maintien du français et pour son rayonnement.
Il est vrai que ces termes appartiennent au vocabulaire technique ou scientifique ; mais science et technique sont entrées dans notre univers quotidien.

Ces nouveaux termes français sont encore peu répandus. Plus nombreux nous serons à
les employer, plus facilement ils entreront dans l’usage, plus vite ils deviendront familiers et
sembleront avoir toujours existé.

Au sein de l’Unosel, si de nombreux organismes sont spécialisés dans l’étude des langues étrangères, certains sont spécialisés dans l’étude du Français Langue Etrangère, le Fle.

C’est ainsi que l’Unosel contribue également au rayonnement de la langue française en Europe et dans le monde

En savoir plus sur la DGLF et la campagne : « vous pouvez le dire en français » :
http://www.dglf.culture.gouv.fr/publications/vouspouvez/vous_pouvez2.pdf


Délégation Générale à la Langue Française et aux Langues de France