Apprentissage des langues et nouvelles technologies

jeudi 22 mai 2008
 Laure PESKINE

"L’investissement dans un apprentissage très précoce des langues est rentable" affirme Anne Christophe, CNRS. Son raisonnement s’appuie sur une série d’études qui montrent que plus on apprend jeune une deuxième langue, meilleur sera le niveau atteint.

Pourquoi, même quand on parle très bien, garde-t-on un accent dans sa seconde langue ? Pour Emmanuel Dupoux, Ehess, plus qu’une question de prononciation, c’est une affaire d’écoute.

Peut-on oublier une langue apprise, se demande Christophe Pallier, Inserm, et peut-on détecter des différences cérébrales entre les personnes dans le traitement du langage ?

Les interventions des enseignants (Robert Tufigo, Stéphane Busuttil) menaient les chercheurs à confronter leurs réflexions à des apprentissages au quotidien.

Lire le compte rendu sur le Café Pédagogique

Groupe Compas