Éditorial 1/2006, par Astrid Guillaume, Rédactrice en chef des Langues Modernes

Langues Modernes 1/2006 - Le Plurilinguisme
jeudi 27 juillet 2006

par Astrid GUILLAUME, Rédactrice en chef

Ce numéro 1/2006 sur Le Plurilinguisme est le premier de la 100ème année de publication des Langues Modernes.
Ce siècle passé au service des langues place Les Langues Modernes au rang de plus ancienne revue française consacrée à l’enseignement des langues. En un siècle se sont succédés les Rédacteurs en chef, les Comités de lecture, d’innombrables auteurs du primaire à l’université auxquels hommage doit être rendu pour leur investissement en faveur des langues, de leur histoire et de leur devenir. La couverture, le format, les couleurs et le graphisme de la revue ont évolué au fil des années. Vous tenez entre les mains la version 2006 des 100 ans que nous devons à Olivia Jourde, Directrice artistique de l’atelier de design Be-Poles, que je tiens à remercier tout particulièrement ici pour son travail remarquable et sa grande patience.
Cette nouvelle maquette, c’est aussi le symbole d’un nouveau siècle qui débute pour Les Langues Modernes, un siècle à venir durant lequel il y aura fort à faire pour continuer de défendre et de préserver avec l’APLV les langues à tous les niveaux du système éducatif. Une chose est sûre : les débats autour des langues et de leur enseignement ne manqueront pas au sein d’une Europe en construction, et plus que jamais votre engagement dans ces débats et dans les actions qui en découleront sera essentiel pour l’avenir et pour la reconnaissance de toutes les langues en France.

Le plurilinguisme, sans aucun doute, s’annonce comme l’un des grands défis du XXIème siècle, du moins le faudrait-il de peur, dans le cas contraire, de voir s’imposer sur une bonne partie de la planète le tout-anglais ou le globish (« global english »), forme d’anglais simplifié, au lexique limité à quelques 1500 mots.
Les 1ères Assises Européennes sur le Plurilinguisme organisées en novembre 2005 par Christian Tremblay de l’ASEDIFRES , avec le soutien de l’APLV et de nombreux autres partenaires, ont ouvert un débat dans lequel l’APLV et Les Langues Modernes auront à s’impliquer dans les années à venir. Mais c’est également la société dans son ensemble qui devra prendre conscience des enjeux stratégiques liés à la connaissance de plusieurs langues.
Différentes approches se dégagent pour intégrer petit à petit le plurilinguisme dans les pratiques éducatives : commencer les langues le plus tôt possible, à l’âge où l’éveil aux langues est le plus propice, apprendre une langue de chaque famille de langues (latine, germanique, slave) pour accéder plus facilement aux autres langues de la même famille par le biais de l’intercompréhension, développer les classes bilingues, les sections européennes et internationales. Les propositions et expériences pratiques se multiplient , les colloques et réflexions sur le sujet également.
Dans ce numéro, la parole a été donnée à une diversité d’acteurs du monde politique et éducatif, français et européen, et à différentes institutions pour tenter de faire le tour de cette question ô combien complexe que celle du plurilinguisme.

L’équipe des Langues Modernes continue de s’agrandir, je souhaite la bienvenue dans le Comité de lecture à Laure Peskine du Collège César Lemaître de Vernon et à Christelle Lebot, étudiante en Master 2 qui devient Assistante de direction.

Bonne lecture à tous, et bon anniversaire aux Langues Modernes !