Les Langues Modernes 3/2008 : Pleins feux sur la Motivation

mercredi 24 septembre 2008

Ci-dessous ne se trouvent que les résumés des articles.
Tous les articles de ce numéro, qu’ils aient été publiés à l’origine dans la revue papier ou sur le site, sont publiés dans l’espace abonnés du site et donc accessibles à tous ceux ayant un abonnement en cours aux Langues Modernes.


Coordonné par Françoise Raby

Éditorial par Bernard Delahousse et Marie-Pascale Hamez [Revue et site en accès libre ]
La « motivation » n’est jamais absente des dossiers de la revue, que ce soit par le biais de la bande dessinée, de l’intercompréhension ou des séjours linguistiques, pour se référer à des numéros récents. Il faut pourtant remonter à 1985 pour trouver un numéro (le n° 5) qui lui soit spécifiquement consacré.
Clin d’œil par Benoît Cliquet [Revue, et site en accès libre ]
La note du Président par Sylvestre Vanuxem [Revue, et site en accès libre]

Le dossier : Pleins feux sur la Motivation

Introduction : Comprendre la motivation en LV2 : quelques repères venus d’ici et d’ailleurs, par Françoise Raby

[Revue et version longue sur le site ]
La motivation, d’une manière générale, c’est « la chose du monde la mieux partagée », mais c’est aussi une sorte de concept mou qu’on ne sait pas très bien décrire ou expliquer. On sait que la motivation est là, mais on ne sait pas très bien ce que c’est. On décrit les effets de sa présence ou de son absence ; on tourne également autour des facteurs de la motivation et parfois cela donne de bonnes empoignades entre collègues. On est sûr que la motivation existe parce que, sans elle, il ne peut y avoir d’engagement dans le travail et donc d’apprentissage à l’école. Mais il est plus compliqué de comprendre comment cela fonctionne. L’auteur traite de cette problématique par le biais de trois séries de questions : Qu’est-ce que la motivation et quelle est la nature du mécanisme, ses conséquences… ? Comment sait-on que quelqu’un est motivé pour quelque chose et quels sont les indicateurs de la motivation ? Pourquoi est-on motivé ou non pour quelque chose : quels sont les facteurs de la motivation ? Ce dossier apporte quelques éléments de réponse appuyés sur la littérature scientifique et sur des exemples de recherches menées à l’université, au collège et au lycée.

Image des langues et motivation, par Annick Fagnant, Christiane Blondin, Christelle Goffin et Cathérine Mattar

[Revue]
Résumé
Les données présentées dans cet article ont été recueillies dans le cadre d’une recherche réalisée avec le soutien de la Commission européenne (programme Socrates) et intitulée « Pour le multilinguisme : exploiter à l’école la diversité des contextes européens ». Nous avons choisi de nous centrer sur deux zones belges jointives qui présentent l’intérêt d’offrir une symétrie intéressante et permettent de réaliser une analyse contrastée de l’image de deux langues européennes : l’allemand (appris par de jeunes francophones) et le français (appris par de jeunes germanophones). Outre les attitudes des élèves de 5e année primaire vis-à-vis de ces deux langues, l’article décrit les contextes spécifiques dans lesquels ces langues sont apprises et les autres langues que les jeunes souhaitent apprendre en plus. En conclusion, il tente de dégager quelques hypothèses interprétatives des différences d’attitudes observées.
Mots-clés
Attitudes – Motivation – Allemand – Français – Apprentissage des langues – Multilinguisme
Attitudes – Motivation – German – French – Language learning – Multilingualism

La motivation par le projet actionnel-culturel. Une classe rencontre le peintre Herman Braun-Vega, par Pascal Lenoir

[Revue]
Durant des décennies, l’enseignement scolaire de l’espagnol a fondé son identité parmi les langues enseignées en France sur la préconisation d’un schéma de classe quasi-unique, consistant à commenter en langue étrangère, dès les niveaux de débutants, des œuvres prélevées dans le fonds culturel hispanique. Avec l’intégration récente et rapide du Cadre Européen Commun de Référence pour les Langues (CECRL) dans les programmes scolaires, les enseignants d’espagnol pourraient alors vivre comme un reniement de leur tradition pédagogique le fait de devoir travailler des situations plus orientées vers la compétence de communication en contexte d’échange quotidien.
En mai 2007, une de mes classes, composée d’élèves de première du lycée Henri Bergson d’Angers, a pu rencontrer le peintre péruvien Herman Braun-Vega, venu exposer quelques tableaux à l’occasion du congrès de la Société des Hispanistes Français dont le thème de travail était « Les arts dans le monde hispanique ». Et si l’actionnel rejoignait le culturel ?

La motivation dans un centre de langues, ou le pari de l’autonomie, par Peter Prince

[Revue]
Apprendre une langue étrangère en auto-formation guidée dans un centre de langues implique une démarche bien différente de celle mise en œuvre dans une salle de classe. L’apprenant est invité à assumer la responsabilité de divers aspects de son apprentissage et à faire preuve d’autonomie. Si cette autonomie peut être source d’une motivation renouvelée, celle-ci peut tourner court dès lors que l’apprenant se heurte à des difficultés méthodologiques. Seul une réflexion métacognitive peut lui permettre de se forger une méthode efficace et profiter pleinement de l’autoformation guidée. Cependant de nombreux apprenants manquent de confiance par rapport à l’apprentissage d’une langue et atteignent rapidement des limites dans cette réflexion. Le centre de langues dispose alors de plusieurs moyens pour les aider, tout en s’efforçant de leur laisser une part d’autonomie.

La dynamique motivante du groupe en L2 à l’école primaire : une étude de cas, par Jocelyne Accardi, Marie-José Moussu et Françoise Raby

[Revue et version longue sur le site ]
Le dispositif qui fait l’objet de cette recherche est l’étude d’un conte du patrimoine traditionnel, « Le Petit Chaperon Rouge », en anglais. Du point de vue linguistique, la question était de savoir si la double voix – deux langues pour la compréhension d’un récit, plus particulièrement d’un conte, en réception et en production – allait perturber les jeunes élèves ou au contraire susciter leur intérêt et leur motivation dans une perspective actionnelle. Il s’agissait aussi de savoir si un apprentissage de type socioconstructiviste dans lequel le processus collaboratif à l’œuvre dans la réalisation des tâches, notamment dans les phases de négociation, aurait un effet motivant ou provoquerait une démotivation de certains élèves conduisant à leur désinvestissement.
Mots clés : motivation intrinsèque, enseignement socio-constructiviste, implication, projet, élève acteur, didactique comparée : français et Langues Vivantes Étrangères ou Régionales.

Motiver avec les technologies : l’exemple d’un scénario en ligne, par Frédérique Penilla

[Revue]
Cet article relate la conception et la mise en oeuvre d’un projet pédagogique collaboratif de publication en ligne. Celui-ci associait prise d’information et analyse, rédaction journalistique et choix éditoriaux, à la maîtrise d’un logiciel de création et de publication multimédia. Notre postulat initial, comme enseignants-concepteurs, était qu’une approche par les tâches pouvait contribuer de manière significative à déclencher et à maintenir la motivation des élèves. Nous nous sommes donc attachés à traduire concrètement, avec le recours à la technologie, ce qu’à la fois notre pratique professionnelle et la recherche empirique sur les théories de la motivation pointent comme des facteurs de la motivation en classe de langue. En particulier, les travaux de Bandura et Dörnyei sur les ressorts cognitifs et sociaux de la motivation ont inspiré notre démarche.

En... quête de motivation institutionnelle en LANSAD, par Annick Gibaud

[Revue]
Dans des temps anciens où le chevalier LANSAD n’existait pas encore, il était une troupe de 1500 étudiants non spécialistes de langues à l’université, tous en quête d’une unité d’anglais à valider. Venus de contrées diverses, Lettres classiques et modernes, Sciences du Langage, Géographie, etc., ces étudiants étaient découpés en tranches de 40 à 50 inscrits, par ordre alphabétique. À la fin de l’année universitaire, seuls 4 ou 5 survivants en moyenne dans chacun des quarante groupes assistaient encore aux cours. Manque de motivation certes, mais de la part de qui ? Cet article se propose de décrire sur quels plans le travail de l’auteur, tant administratif que pédagogique, a porté et comment ces changements dans le dispositif institutionnel d’apprentissage ont pu influer sur la motivation des différents acteurs universitaires concernés.

Motivées, motivés, ou la motivation des enseignant(e)s par Élisabeth Crosnier, Nicole Décuré, Claudine Peyre et Katia Seus-Walker

[Revue]
Lorsque l’on parle de motivation, on pense aux apprenant/es pour dire que, globalement, ils/elles en manquent et que les enseignant/es cherchent les moyens de la susciter. Diverses enquêtes menées par le laboratoire LAIRDIL, à l’Université Toulouse 3, au cours des dix dernières années ont fait ressortir que les apprenant/es, en majorité, reconnaissent que leur faiblesse est due à leur manque de travail. Les autres (un quart environ) déclarent avoir été dégoûté/es ou perdu/es dès le départ par des enseignant/es qui, entre autres raisons, n’ont pas su les intéresser ou ont été très absent/es, ou encore connaissaient mal la langue enseignée. Dans la triangulation apprenant/e – enseignant/e – matériel pédagogique, le deuxième facteur est rarement examiné, comme s’il allait de soi que l’enseignant/e est motivé/e, motivant/e, capable, efficace, qu’il/elle possède toutes les qualités attendues dans ce métier. C’est cette problématique que les auteures abordent dan cet article.

L’improvisation contextualisée : une activité engageante, par Marie-Noëlle Cocton

[ Article supplémentaire en accès réservé sur le site ]
Résumé
Pour faire acquérir une langue-instrument aux apprenants de Français Langue Étrangère, l’enseignant cherche à concevoir des activités dites « motivantes », c’est-à-dire des dispositifs qui poussent l’individu à agir et qui créent en lui un désir d’apprendre. Parmi les dispositifs auxquels l’enseignant peut recourir pour la production orale, l’improvisation contextualisée se révèle efficace. Cette activité didactique quelque peu marginale vise une performance de l’oralité. De ce fait, elle englobe le caractère multicanal d’une interaction et offre à l’apprenant étranger le choix de la construction de son rôle, en lui permettant de s’engager librement dans une action créative et collective. Une réelle motivation !

Mots-clés : apprentissage – communication - contexte – créativité – engagement – spontanéité.
Key words : learning – communication – context – creativity – engagement – spontaneity.

L’autonomisation : une clé pour la motivation, par Yves Loiseau

[ Article supplémentaire en accès réservé sur le site ]
Résumé
L’autonomisation de l’apprenant a certes pour objectif premier de favoriser l’apprentissage mais elle a des effets secondaires sur la motivation parce qu’elle donne sens à l’apprentissage, implique l’apprenant, le rend actif dans des échanges sociaux et modifie les échanges entre enseignants et apprenants. Différents principes méthodologiques œuvrent à cette autonomisation mais ils ont chacun un effet indépendant sur l’apprenant.

Abstract
When a teacher leads a learner towards autonomisation, his first aim is to improve learning, but autonomisation has secondary effects on motivation because it gives sense to learning, it engages the learner in the teaching-learning process, it makes the learner active in social encounters and it modifies the relationship between teachers and learners. Several methodological principles are involved in the process of autonomisation but each has an independent effect on learners.

Mots clés
autonomisation, pédagogie de la découverte, apprentissage coopératif, pédagogie de projet, évaluation, métacognition, motivation

Hors-thème

Diversification linguistique dans le système éducatif suédois : réalité ou utopie ? par Béatrice Cabau-Lampa

[Revue]
Le statut et l’importance des différentes langues en présence sont au cœur de nombreux débats depuis plusieurs années en Suède. Plusieurs faits les ont alimentés : premièrement, la position prédominante de l’anglais dans la société suédoise qui engendrerait pour le suédois une « perte de domaines » ; pour contrecarrer ce risque, une proposition de loi visait à instituer le suédois comme langue officielle, mais ce projet, rejeté par le gouvernement en 2005, a néanmoins abouti à l’instauration d’une nouvelle politique linguistique. Alors que la position de l’anglais dans l’ensemble du système éducatif suédois est confortée par un consensus général, la situation de l’enseignement/apprentissage des secondes langues étrangères (L2) à l’école obligatoire, et particulièrement au lycée, est considérée comme « catastrophique ». Dans ce climat d’effervescence linguistique, cet article vise à dresser un bref état des lieux en la matière.

La pédagogie de projet au collège public en Grèce, par Catherine Mavromara-Lazaridou

[Revue]
L’idée de cette recherche est née d’un premier contact avec le projet pédagogique et la pédagogie de projet, au cours d’un stage de formation. Faisant partie d’un groupe d’enseignants de FLE invités à accompagner des élèves grecs pour un séjour linguistique d’un mois en France, l’auteur a eu l’occasion de se former à la pédagogie de projet et d’élaborer avec ses élèves son premier projet pédagogique. Elle a mis en oeuvre cette pédagogie dans le contexte de l’enseignement du FLE au collège en Grèce. L’idée fut d’insérer le projet pédagogique dans la planification de la classe de langue, en conciliant projet et programme, et en respectant les principes de la pédagogie de projet.

Compte-rendu de lecture

Les éléments figés de la langue. Étude comparative français-espagnol de Silvia Palma, par Pierre Frath

[Revue]

Livres reçus, par Jean-François Brouttier

C’était il y a... : La motivation didactique : il y a 31 ans dans Les Langues Modernes par Francis Wallet [revue et site ]

Vie de l’Association : Assemblée Générale – Lille – 29-30 novembre 2008


Pour s’abonner aux Langues Modernes

Pour commander le numéro à l’unité.