"Projet d’architecture pour le nouveau diplôme national du brevet (DNB)" de la DGESCO : place de la langue vivante (5 juin 2009)

vendredi 5 juin 2009
 Christian PUREN

La DEGESCO a élaboré récemment un "Projet d’architecture pour le nouveau diplôme national du brevet (DNB)" disponible ce jour sur le site du SNES.

Extraits

Le diplôme national du brevet comporte deux options (générale et professionnelle) et s’obtient sur la base de trois composantes obligatoires :

1. La maîtrise du socle commun de connaissances et de compétences (dont le niveau A2 en langue vivante et le B2i) : sa validation peut s’effectuer dès la 4e et doit être attestée par l’équipe éducative au moyen d’une fiche d’attestation de connaissances et de compétences renseignée par l’équipe pédagogique, complétée par le conseil de classe pour les compétences non acquises, puis validée par le chef d’établissement.
En cas de non-maîtrise de la totalité des sept compétences avant l’examen, le jury peut valider ou non la maîtrise
du socle après délibération au vu de tous les éléments d’évaluation dont il dispose (fiche d’attestation de
connaissances et de compétences, fiche-brevet et résultats obtenus aux épreuves d’examen).

2. Deux oraux en cours d’année scolaire et quatre épreuves écrites terminales :

a) Deux oraux passés en interne à l’établissement en cours d’année scolaire, au moment jugé opportun par l’équipe pédagogique, le cas échéant lors d’une séquence pédagogique dont elle constitue un des moments d’enseignement.

- Oral de langue vivante étrangère
"L’entretien en langue vivante étrangère2 se fait à partir d’un document support produit par l’élève, qui peut notamment s’appuyer sur le PDMF." (15 mn coefficient 2)

- Oral d’Histoire des arts (...)

b) Quatre épreuves écrites (terminales : Français, Histoire-Géographie-Education civique, Mathématiques, Sciences ou technologie)

3) (La prise en compte des notes de vie scolaire, EPS, Arts plastiques, Education musicale, et des points au-dessus de 10 dans la note du contrôle continu en Français, Mathématiques, Histoire-Géographie-Education civique, LV1, LV2 ou DP6, Physique-Chimie, Sciences et vie de la Terre, Technologie et/ou module choisi(e) affectés des coefficients ainsi fixés : (...)

Par ailleurs, une qualification "langue régionale’ est délivrée aux candidats qui ont obtenu, pour la langue régionale concernée, la validation du niveau A2 du Cadre européen commun de référence pour les langue (CECRL).

Lire le Projet d’architecture pour le nouveau diplôme national du brevet (DNB) sur www.snes.edu.


Remarque a priori, sous réserve des conditions de mise en œuvre : une épreuve orale en langue en liaison avec un projet personnel de l’élève est très intéressante en soi, et parfaitement en cohérence avec la perspective actionnelle du CECRL.

Par contre, la validation du niveau A2 sur la base d’un contrôle continu pose de très nombreux problèmes, comme l’APLV l’a montré dans la synthèse de l’enquête publiée le 29 février 2008 sur son site. À la suite d’une pétition en ligne lancée le 19 mars 2008, deux courriers ont été envoyés au ministre en date du 12 mars et du 14 juin 2008 pour demander un moratoire, mais ils sont restés sans réponse.

L’APLV se propose, à la rentrée de septembre, de faire le point sur la manière dont s’est déroulée cette année cette validation, qui semble avoir été réalisée, d’une académie voire d’un établissement à un autre, selon des règles très différentes, pour autant que l’on peut en juger aux premiers témoignages reçus.

Christian Puren