Réactions de l’APLV aux déclarations de rentrée du gouvernement « Améliorer la pratique des langues vivantes »

vendredi 28 août 2009
 Laure PESKINE, Sylvestre VANUXEM

Le communiqué paru le le 26 août sur le portail du gouvernement commence ainsi :

«  Améliorer la pratique des langues vivantes :
Avec la construction européenne et la mondialisation, la maîtrise des langues vivantes est devenue un enjeu majeur pour les nouvelles générations de collégiens et de lycéens. Le ministère de l’Education nationale a décidé de mettre en place une offre éducative nouvelle pour renforcer les compétences des élèves dans ce domaine. »
- Réaction de l’APLV : Un titre et une introduction bien alléchants pour ce communiqué paru le 26 août 2009 sur le portail du gouvernement. À la lecture rien de nouveau. La maîtrise des Langues Vivantes n’est pas « devenue » un enjeu majeur soudainement en 2009, elle « est » un enjeu majeur depuis au moins les années 70 ; le ministère de l’Éducation ne s’en aperçoit-il vraiment que maintenant ?

« Il est désormais possible pour les collégiens d’aborder une seconde langue vivante dès la classe de sixième : »
- Réaction de l’APLV : ça fait bien longtemps que les classes bilangues existent, et elles sont bien souvent mises en place sans moyens supplémentaires dans les établissements.

« Les sections européennes et les sections de langues orientales au collège et au lycée sont développées. »
- Réaction de l’APLV : Ces sections sont mises en place dans les lycées sans dotation horaire supplémentaire et l’administration de tutelle n’apporte pas toujours l’aide nécessaire aux enseignants dans la recherche de partenaires étrangers pourtant indispensables pour la mise en valeur de ces sections. D’autre part, la question de la constitution et de la formation d’un vivier d’enseignants de DNL (Disciplines Non Linguistiques), autre condition pour ce développement, ne semble toujours pas abordée. À cet égard, Les Langues Modernes vont consacrer 2 numéros à cette importante question des DNL : le 3-2009 à paraître fin septembre et le 4-2009 à paraître fin décembre.

« Le développement de la visioconférence »
- Réaction de l’APLV : Ces exemples restent très rares, l’équipement est onéreux et on aimerait bien avoir une étude sur le rapport coût efficacité. Y-aura-t-il une formation spécifique pour les enseignants ?

« Des stages d’anglais gratuits pour les lycéens »
- Réaction de l’APLV : Leur inauguration pendant les vacances d’hiver 2009 avait été couverte par la presse qui n’en a plus reparlé lors de la seconde vague des vacances de printemps censée corriger les problèmes initiaux. Fallait-il-il y voir un signe du succès très relatif de l’expérience ? Les professeurs de lycée ont été peu nombreux à répondre à l’appel à encadrement, la majorité a dit qu’elle préférait de meilleures conditions de travail pendant l’année scolaire : petits effectifs, accès libre à des ressources audio visuelles en VO (alors qu’il semble que leur accès était gratuit pendant les stages !) En recourant à des "étudiants étrangers, locuteurs natifs, assistants étrangers, assistants d’éducation anglophones" le ministère veut-il faire croire qu’il suffit de parler une langue pour l’enseigner ?
Par ailleurs, le ministère de l’Éducation, par le battage médiatique qu’il a fait début 2009, tente de faire accroire au grand public que le bénéfice de tels stages pour les élèves est quasiment du même ordre, qualitatif et quantitatif, que celui des stages à l’étranger, alors qu’aucune étude sérieuse ne le démontre : agitation médiatique ?

Ce genre de communiqué ne peut que renforcer les images d’Épinal fort répandues dans la population française comme le montre encore l’article paru dans le Monde du mercredi 26 août [1].
Les professeurs de langues aimeraient bien autre chose que de la poudre aux yeux pour les aider dans leur tâche. Le prédécesseur de M. Chatel nous avait habitués aux déclarations tonitruantes à propos les langues vivantes au moment de la rentrée (utilisation d’Internet dans les écoles élémentaires pour l’apprentissage de l’anglais avec des enseignants étrangers, mise en place des stages intensifs -uniquement d’anglais, à l’origine- pendant les vacances…) ce communiqué prudent les remplace-t-il ? M. Descoings a émis dans son rapport publié en juin quelques propositions que la majorité des professeurs de langue a accueillies plutôt favorablement, sera-t-il entendu ?


Portail du gouvernenement