Le projet Shtooka continue de progresser

vendredi 28 août 2009
 Rémi THIBERT

Voici ce que nous écrivions en octobre 2007 :

"Le "Projet Shtooka" est un projet coopératif dont le but est la création de matériel audio ainsi que des outils logiciels nécessaires à l’apprentissage des langues étrangères. L’axe principal de travail vise à mettre en place un ensemble de bases de données audio linguistiques telle la "base audio libre de mots français" ainsi que les outils logiciels capables d’en tirer parti. "

Le projet Shtooka a continué de grandir. Le blog de Framasoft a interviewé Nicolas Vion, le fondateur du projet, lors des rencontres mondiales du logiciel libre.

Le projet (voir son site) est éminemment intéressant pour les enseignants de langues vivantes, car nous pouvons utiliser tout à fait légalement (licences libres) les fichiers sons proposés. Il est à noter que nous pouvons aussi participer au projet en faisant parvenir des enregistrements, en fournissant des listes de vocabulaire thématiques, etc. Nous vous invitons à lire l’article dans son intégralité, mais nous vous en offrons quelques passages ci-dessous.

- "Le projet Shtooka consiste à enregistrer des collections audio libres de mots, d’expressions idiomatiques et d’éléments du langage avec des locuteurs natifs pour toutes les langues."

- "C’est aussi un ensemble de logiciels permettant d’enregistrer, d’organiser et d’exploiter ces collections."

- "À mon sens, la licence libre s’imposait car c’était la seule façon de permettre la créativité. En effet, on ne peut imaginer soi-même toutes les applications possibles à partir d’une telle « matière première » sonore."

- "Jusqu’à présent, les retours d’expérience ont été peu nombreux ; mais je remercie les personnes, notamment les professeurs de Langues Vivantes qui ont permis de faire évoluer le logiciel, et faire remonter les problèmes liés à la formation de l’outil."

- "Tout d’abord, si l’on a des compétences pour une langue en particulier, il est possible de créer des listes de mots et expressions qui serviront lors de sessions d’enregistrements avec un locuteur natif. Pour cela il suffit de rassembler les éléments à enregistrer dans un simple fichier texte."

- "Ensuite vous pouvez participer au projet en tant que « locuteur natif » de votre langue maternelle en enregistrant des mots ou expressions."

- "Les professeurs de langues peuvent également nous aider en proposant des listes de vocabulaire bilingues organisées par thèmes ou par leçons".