Rapport d’avancement des objectifs de Lisbonne dans le domaine de l’éducation et de la formation - Indicateurs et critères de référence - novembre 2009

vendredi 27 novembre 2009
 Laure PESKINE

Ce rapport est le sixième d’une série de rapports annuels analysant les performances et les avancées des systèmes d’éducation et de formation des États membres de l’UE.
Ces rapports sont élaborés par la Direction générale de l’éducation et de la culture, en étroite collaboration avec Eurostat, le centre de recherche sur l’éducation et la formation tout au long de la vie (CRELL) relevant du centre commun de recherche (CCR) et l’unité européenne d’Eurydice.

Près de dix ans après que les États membres de l’Union européenne aient fixé cinq grands objectifs dans le domaine de l’éducation et de la formation, un rapport d’avancement indique qu’ils n’atteindront pas ces objectifs dans les délais prévus, c’est-à-dire en 2010.

Seul un de ces objectifs a été atteint, à savoir l’augmentation de 15 % du nombre d’étudiants sortant de l’université munis d’un diplôme en mathématiques, sciences ou technologies. En outre, une condition liée à cet objectif est remplie, puisque ces diplômés sont de plus en plus des femmes.

Dans trois autres domaines — l’apprentissage tout au long de la vie, la réduction du taux d’abandon dans l’enseignement supérieur et à l’université, ainsi que la proportion de diplômés de l’enseignement secondaire supérieur — les États membres de l’Union ont réalisé des progrès, même s’ils sont encore globalement insuffisants par rapport aux objectifs fixés.

L’Union n’est par contre pas parvenue à atteindre le cinquième objectif, à savoir l’amélioration des compétences en lecture chez les élèves de 15 ans, et la situation s’est même aggravée par rapport à il y a dix ans.

De manière générale, le niveau de l’enseignement a progressé en Europe. Si les personnes ayant un faible niveau d’éducation représentent encore 30 % de la population en âge de travailler, soit 77 millions de personnes, ce nombre a toutefois baissé de près d’un million chaque année depuis 2000.

L’Union européenne prône depuis longtemps l’amélioration de l’enseignement pour surmonter les difficultés économiques et sociales, et la récession actuelle montre qu’il est urgent de procéder à des réformes et des investissements dans ce domaine, selon la Commission.

Ce rapport indique que l’enseignement des langues vivantes est en augmentation dans le primaire et que 1,4 élève étudie une deuxième langue dans les premières années du secondaire.

Le cadre européen des compétences clés pour l’éducation et la formation tout au long de la vie définit et décrit huit compétences essentielles pour l’épanouissement personnel, la citoyenneté active, la cohésion sociale et l’employabilité dans une société fondée sur la connaissance :
1) communication dans la langue maternelle, 2) communication en langues étrangères, 3) compétence mathématique et compétences de base en sciences et technologies, 4) compétence numérique, 5) apprendre à apprendre, 6) compétences sociales et civiques, 7) esprit d’initiative et d’entreprise, 8) sensibilité et expression culturelles.

Cinq de ces compétences (communication dans la langue maternelle, compétence mathématique et compétences de base en sciences et technologies, communication en langues étrangères, apprendre à apprendre, compétences sociales et civiques) sont considérées comme des compétences de base.
Le rapport analyse ces compétences dans le contexte de l’étude OCDE PISA en communication dans la langue maternelle et compétences de base en sciences et technologies. En ce qui concerne l’apprentissage des langues étrangères il n’y a pas encore d’étude européennes et l’analyse ne porte donc que sur les données individuelles des états membres.

L’étude Européenne sur les compétences des élèves en langue étrangère est attendue pour 2012.


Télécharger le rapport (en anglais)