Éditorial des "Langues Modernes" n° 2/2010, par Bernard Delahousse et Marie-Pascale Hamez, rédacteurs en chef

jeudi 24 juin 2010

Les disciplines artistiques font régulièrement l’objet, au moins sur le papier, de toutes les attentions de la part des Ministres de l’Éducation successifs ; force est de constater que, dans la pratique, et malgré de timides avancées, elles restent encore le parent pauvre de notre système éducatif, y compris dans les réformes mises en chantier par le ministère actuel. Dans la suite logique de deux numéros des Langues Modernes de 2009 consacrés aux DNL [1], nous vous proposons ce dossier thématique sur la synergie possible entre pratiques artistiques et enseignement-apprentissage des langues. À la différence de nombre d’articles, voire même de numéros [2], que notre revue a publiés sur les différents modes d’expression artistiques, et dans lesquels les arts n’étaient généralement que des « objets » d’étude, ce numéro se situe résolument dans une démarche où pratiques langagières et pratiques artistiques sont étroitement liées et où le « faire » est primordial. La grande qualité de ce dossier est l’oeuvre de Joëlle Aden, qui a coordonné ce dossier avec compétence, rigueur et brio. Nous lui exprimons toute notre gratitude.

L’article hors thème qui complète ce numéro traite d’une question que se posent de manière récurrente les enseignants de langues : la compréhension orale ; il fait le point sur les activités à mettre en oeuvre avant, pendant et après l’écoute d’un document sonore pour guider les apprenants et améliorer leur compétence.

À la rubrique « Vie de l’association », vous trouverez le compte rendu de l’AG extraordinaire du 3 avril dernier (qui, faute de quorum, n’a pas pu délibérer sur la modification des statuts) et celui du Comité national qui a suivi. L’AG 2010 y est annoncée, et un appel à candidatures pour le renouvellement du Comité de l’APLV y est lancé. Notre association a besoin de la réflexion et de l’énergie de chacun de ses membres. Alors n’hésitez pas à nous rejoindre : nous serons ravis d’accueillir de nouveaux candidats.

La rédaction des Langues Modernes tient à rendre un respectueux hommage à Claire Blanche-Benvéniste, décédée le 29 avril 2010, à Aix-en-Provence à l’âge de 75 ans. Éminente spécialiste de la langue du quotidien, du français parlé dit « ordinaire », elle a successivement enseigné à Lyon, Paris et Aix-en-Provence, ainsi qu’à l’École pratique des hautes études (Paris, 1994-2000). Élevée dès sa plus tendre enfance dans une mosaïque de langues (russe, yiddish, grec, judéo-espagnol, turc, portugais), linguiste et philologue passionnée, Claire Blanche-Benveniste s’est aussi intéressée à l’enseignement simultané de langues voisines. Elle a en effet co-dirigé avec André Valli le développement de la méthode Eurom 4 [3], qui permet aux locuteurs d’une langue romane (parmi l’espagnol, l’italien, le portugais et le français) d’accéder aux trois autres langues. Une bibliographie de ses travaux est disponible sur notre site.


[1Les Langues Modernes, n° 3-2009 : « Disciplines linguistiques et “non linguistiques” : l’entente cordiale ? » et n° 4-2009 : « Enseignants de DNL et de LV : à armes égales ? ».

[2Cf. le n° 3-1997 sur « Le théâtre », et plus récemment le n° 4-2008 « Paroles et musique ».

[3Le projet EuRom4 (livre et CD), œuvre commune des universités de Salamanque, Aix-en-Provence, Rome et Lisbonne, a pour but de permettre à un locuteur natif romanophone de pouvoir lire et entendre les langues romanes autres que sa langue maternelle.
BLANCHE-BENVÉNISTE, Claire et VALLI, André (coordination) (2007). L’Intercompréhension : le cas des langues romanes. Éditions Le Français dans le monde, coll. “ Recherches et applications ”, janvier 1997 - 27, rue de la Glacière, 75013 Paris.