« Si vous ne comprenez pas le cantonais, rentrez chez vous », un article sur le site RUE89

jeudi 5 août 2010
 Laure PESKINE

Ce n’est pas pour des questions de droits ou de travail que des centaines de Cantonais sont descendus dans la rue ce week-end, mais pour défendre leur langue et leur spécificité culturelle, qu’ils pensent menacées par l’hégémonie de Pékin.

Après avoir été plusieurs milliers à manifester le 25 juillet dans les rues de Canton, la grande métropole du sud de la Chine, les protestataires ont remis ça dimanche, malgré les dissuasions policières. Ils étaient « plusieurs centaines » à Canton selon les témoins, de même qu’à Hong Kong, où s’est tenu une manifestation de soutien.

Ce mouvement de protestation inédit a vu le jour en juillet après une proposition politique de Ji Kekuang, membre d’une assemblée parlementaire locale. Ce cadre a proposé que la télévision locale émette en mandarin, la langue officielle de la Chine, à l’occasion des prochains Jeux asiatiques prévus à l’automne à Canton, au lieu du cantonais habituel.
Le cantonais, une langue à part entière

Le cantonais, extrêmement dur à apprendre car composé de neuf « tons » au lieu de quatre pour le mandarin, est officiellement un dialecte de celui-ci. Cependant, un certains nombre de linguistes le considèrent comme une langue distincte, avec plus de cinquante millions d’utilisateurs dans le sud de la Chine, à Hong Kong, et dans la diaspora chinoise, et une grande production culturelle, notamment cinématographique, dans cette langue.

Les Chinois ne venant pas de la province du Guangdong ne peuvent pas le comprendre, mais ils sont habitués à l’entendre, à cause de l’influence culturelle (films, musique) de Hong Kong en Chine continentale.
Lire la suite de l’article sur RUE89