Polémique sur la langue Française

mardi 10 août 2010
 Laure PESKINE

Dans le Point du 8 juillet 2010 Frédéric Martel appelait les Français à "parler English". "Faut-il s’excuser d’employer des mots anglais ? Faut-il battre sa coulpe ? Non. Il faut, au contraire, les assumer et rejeter cette francophonie poussiéreuse et ringarde qu’on veut nous imposer", affirme-t-il. L’auteur de Mainstream (Flammarion), une enquête sur la culture mondialisée, s’insurge contre une "francophonie arrogante et ringarde". Il prône l’anglais comme langue de libération. Le linguiste Claude Hagège et l’écrivain François Taillandier ne partagent guère ce point de vue. Ils lui répondent : non, affirment-ils, le français n’est pas mort. Le premier précise que notre langue est "créative et universelle", tandis que le second s’élève point par point contre les arguments développés par Frédéric Martel.

À lire :

"Français, pour exister, parlez English !", par Frédéric Martel

"Pour avoir employé le mot care pour son projet du "souci des autres", Martine Aubry est attaquée d’une manière peu fair-play. Pendant ce temps, avant sa démission, le ministre Alain Joyandet voulait nous interdire de parler de buzz, de chat ou de lire des newsletters".

"Le français, une langue créative et universelle", par Claude Hagège

"Tout n’est pas nul dans ces lignes. L’auteur n’a pas compris que le critère du poids mondial d’une langue n’est pas le nombre des locuteurs, mais le degré de diffusion : le hindi, le bengali, le japonais, connus de leurs seuls nationaux, n’ont pas doublé" le français .

"L’avenir s’écrit en français", par François Taillandier

"Français, pour exister, parlez english !" Sous ce titre, M. Martel nous invite à nous débarrasser de l’usage du français, le plus rapidement possible, en toutes circonstances et par tous les moyens appropriés, au profit de ce qu’il appelle "la langue du cool", concept linguistique fumeux dont nous lui laissons la paternité.

Quelques extraits des interventions des lecteurs sur le forum du point :
Français, anglais, franglais, amour et tourments.