La base de données mondiale des emprunts lexicaux

vendredi 20 août 2010
 Laure PESKINE

La base de données mondiale des emprunts lexicaux (World Loanword Database - WOLD) est une publication scientifique de la bibliothèque digitale de l’Institut Max Plank de Munich.

Elle a été coordonnée par Martin Haspelmath et Uri Tadmor de l’Instiut Max Plank pour l’anthropologie de l’évolution.
Elle comporte des listes lexicales (mi-dictionnaires) contenant environ 1000 à 2000 entrées provenant de 41 langues du monde entier. On peut y trouver emprunts lexicaux, mots sources et langues donatrices dans chacune des 41 langues. On peut ainsi comparer facilement les mots d’emprunts entre les langues.

Chaque liste lexicale a été établie par un expert de la langue et de son histoire. Il existe un livre d’accompagnement publié par Mouton de Gruyter
(Loanwords in the World’s Languages : A Comparative Handbook, coordonné par Martin Haspelmath & Uri Tadmor).

L’accès à la base peut se faire par langue, par sens, par auteur et par référence.

La base de données peut répondre à des questions telles que :

  • Combien de langues ont un mot emprunté pour emprunt pour oeil ? (réponse : 3 cas clairement identifiées sur 41)
  • Combien de langues ont un mot emprunté pour emprunt pour police ? (réponse : 8 cas clairement identifiées sur 41)
  • Quelles sont les champs sémantiques qui résistent le plus à l’emprunt ? (réponse : les mots exprimant les relations dans l’espace, les parties du corps et les perceptions sensorielles)
  • De quelles langues l’anglais a-t-il emprunté des mots et dans quelles aires géographiques ? (voir la carte)

Ces informations nous permettent de mieux distinguer entre les ressemblances lexicales résultant d’emprunts et les ressemblances résultant d’un ancêtre commun.

La base de données est publiée sous licence Creative Commons BY.


World Loanword Database