Communiqué de presse d’Eurostat à l’occasion de la Journée européenne des langues

mardi 28 septembre 2010
 Laure PESKINE

A l’occasion de la Journée européenne des langues célébrée chaque année le 26 septembre, Eurostat, l’office statistique de l’Union européenne, publie des données sur l’apprentissage des langues par les élèves et sur les compétences linguistiques des adultes telles que déclarées par eux-mêmes.
Les objectifs généraux de cette journée sont d’alerter le public sur l’importance de l’apprentissage des langues, de promouvoir la riche diversité linguistique et culturelle de l’Europe et d’encourager l’apprentissage des langues tout au long de la vie, à et en dehors de l’école.

Dans l’UE en 2008, 79% des élèves de l’enseignement primaire et 83% de ceux de l’enseignement secondaire supérieur général ont étudié une langue étrangère. Dans les deux cas, l’anglais était la première langue étrangère généralement étudiée. Une seconde langue étrangère était étudiée par 10% des élèves de l’enseignement primaire et par 39% de ceux de l’enseignement secondaire supérieur, le français et l’allemand étant les plus couramment étudiées.

Presque tous les élèves de l’enseignement primaire étudient une langue étrangère au Luxembourg, en Suède, en Italie et en Espagne.
En 2008, les plus fortes proportions d’élèves de l’enseignement primaire étudiant une langue étrangère se situaient au Luxembourg et en Suède (100% chacun) et les plus faibles en Irlande (3%). Pas de donnée disponible pour la France.

Presque tous les élèves de l’enseignement secondaire supérieur général étudiaient une langue étrangère en République tchèque, en France, aux Pays-Bas, en Finlande et en Suède. Les plus faibles pourcentages d’élèves étudiant une langue étrangère se trouvaient au Royaume-Uni (32%) et en Irlande (58%).

Quand on leur demande de s’auto-évaluer 30% des adultes dans l’UE se déclarent compétents ou bons dans une langue étrangère. La France est un des pays (avec la Roumanie, la Hongrie, l’Italie, la Pologne, la Bulgarie, le Royaume-Uni et la République tchèque où ils se sentent le moins aptes à comprendre et à produire un large éventail de textes exigeants et utiliser la langue de manière flexible.

Télécharger le communiqué complet sur le site d’eurostat