Des mythes dans l’enseignement des langues : trois idées reçues

samedi 16 octobre 2010

Réponse du président de l’APLV à l’article du site VousNousIls : Comment dynamiser l’apprentissage des langues ?


Régulièrement, au fil des ans, nous sommes interpellés par tel ou tel personnage politique, ou journaliste, ou bien entrepreneur, voire collègue, qui ramène sur le devant de la scène une de ces fausses bonnes idées, comme autant de marronniers diffusés par des pseudos experts des langues ou des pseudos pédagogues. Le dernier en date est à l’actif d’un site, pourtant ami, qui nous assène cette vérité imparable, non vérifiée, non attestée, non mesurée, mais qui fait si bien : « enfin, plusieurs pays privilégient l’enseignement des langues par des natifs. Un atout incontestable pour les élèves. Difficile en effet d’égaler un natif quant à la pratique de la langue et la connaissance culturelle du pays » [1]. Généralement, cette idée est associée à deux autres, j’ai nommé le « bilinguisme » et « l’immersion », et si « les mauvaises performances des Français en langues étrangères sont régu­liè­re­ment pointées du doigt, et avec elles, les méthodes d’enseignement », c’est tout simplement que nous ne comprenons pas les enjeux, les moyens à mettre en œuvre et les remèdes à utiliser.
À l’évidence, ces trois notions, en soi, ne sont pas fausses. Qui n’a pas rêvé d’être parfaitement bilingue, d’arriver dans un pays et d’être à même de comprendre, de parler, d’interagir, de donner son avis dans la langue, y compris sur des aspects hautement culturels ? Qui n’a pas rêvé et compris les avantages à disposer de son « précepteur natif », à la manière de Montaigne, lui permettant d’apprendre de manière personnalisée et d’accéder à toutes les arcanes d’une langue réputée difficile ? Qui ne s’est pas dit qu’au lieu de passer un an au lycée, il vaudrait mieux passer un ou deux mois dans le pays pour maîtriser la langue que l’on a tant de mal à apprendre dans le système scolaire, et j’ajouterais, quel qu’il soit ? Le problème au fond, c’est que l’on confond ce qu’il est possible de mettre en œuvre pour une ou deux personnes, dans un contexte particulier, en disposant de moyens particuliers, avec ce qui est de l’ordre de l’enseignement de masse, cet enseignement que nous côtoyons au quotidien.
Il n’y a pas si longtemps, le Président de la République lui-même a parlé de bilinguisme, et lors de notre entrevue avec un conseiller du ministre de l’Éducation Nationale, il nous a fallu un certain temps pour le convaincre que ce terme était inapproprié. Assigner comme objectif en fin de terminale le bilinguisme n’a pas de sens. Le bilinguisme est une réalité, certes, mais il renvoie à des situations très précises de l’apprentissage d’une langue et de son utilisation : langue apprise précocement, souvent dans un milieu endolingue, et/ou avec des parents, des grands-parents parlant la langue, lié à une acculturation elle aussi précoce…. Ce n’est pas le cas dans nos collèges et lycées pour l’immense majorité de nos élèves. Continuer à colporter ce discours, c’est tout simplement suicidaire car inatteignable. Et puis, si on décrétait qu’à l’issue du lycée, un élève de terminale « S », aussi brillant fusse-t-il, doit être un mathématicien chevronné, tout le monde nous rirait au nez ; ou bien si un élève en terminale à option biologie, devait être capable de travailler dans un laboratoire d’analyses, personne n’y donnerait crédit… et pourtant, dire qu’il doit être bilingue c’est la même énormité que l’on affirme. Mais affirmer cela, c’est aussi révélateur de la difficulté à définir la véritable finalité de l’enseignement des langues à l’issue du second cycle des lycées. Certes le CECRL est là pour donner une direction, mais est-ce suffisant ? Tout se passe comme si en fin de terminale les jeux étaient faits. On n’envisage pas, ou peu, la prise en compte de l’apprentissage tout au long de la vie.
Comme je l’ai dit ci-dessus, le bilinguisme est fréquemment associé à la notion de l’enseignant natif, car lui, ou elle, maîtrise la langue. Mais suffit-il de parler une langue pour bien l’enseigner ? Si c’était le cas, alors le problème des concours de recrutement serait réglé, il suffirait de recruter sur passeport. Et puis est-ce le seul garant de l’efficacité sachant que le natif est amené à enseigner une langue qui est étrangère à ses élèves alors qu’il ne l’a jamais apprise en tant que langue étrangère et donc n’est pas à même immédiatement de se rendre compte des difficultés d’apprentissage dans ce contexte là ? Mais, si « plusieurs pays », comme le dit la CASDEN, ont recourt à des enseignants natifs, il ne faut pas se voiler la face, c’est aussi pour des raisons économiques, les natifs ne bénéficient pas toujours d’une formation et donc ils sont souvent moins payés. Notre but n’est pas de stigmatiser les natifs et à l’APLV nous n’avons jamais tenu ce discours, d’ailleurs ils sont un certain nombre dans notre système éducatif et ils sont de bons enseignants, pour la simple et bonne raison qu’ils ont été formés et c’est bien là le fond du problème. Il vaut mieux un enseignant non natif mais formé qu’un enseignant natif non formé, la formation reste la seule garantie d’un enseignement de qualité. Dans tous les centres universitaires pour l’enseignement du français aux étudiants étrangers, nous employons des enseignants français mais tous doivent être titulaires du master en Français Langue Étrangère, la seule connaissance de la langue ne suffit pas.
Dans le même ordre d’idées, reste « l’immersion ». Là encore, il y a une certaine méprise. Si les voyages scolaires ont un certain intérêt quant à une découverte du pays où l’on parle la langue que l’on apprend, il serait vain de considérer que multiplier les immersions ou en augmenter les durées pourrait remplacer la nécessité d’une formation. L’apprentissage des langues, comme tout apprentissage passe par un réel effort, un travail régulier, et l’immersion, même si elle favorise certaines activités langagières comme la compréhension de l’oral, ne peut se suffire à elle-même. Nous connaissons tous des étrangers, habitant la France depuis longtemps et qui malgré cette « longue immersion » ne manipulent pas notre langue avec toute la correction nécessaire, et ce n’est pas pour autant qu’ils ne sont pas capables de s’exprimer et de vivre décemment, d’autant plus que d’autres mécanismes comme la fossilisation se sont installés, mais la raison profonde en est l’absence d’une formation suivie.
Nul doute, ces mythes continueront à émailler les discours autour de l’enseignement / apprentissage des langues, et il nous faudra sans doute recommencer à expliquer, à argumenter. Il n’en reste pas moins qu’ils sont révélateurs de la distance qui existe entre nos pratiques et la perception d’une société qui reste à la surface des choses en imprégnant dans l’inconscient collectif, y compris chez nos élèves et leurs parents, de fausses idées.

Jean-Yves Petitgirard
Président de l’APLV


51/130
130/130
35/130
19/130
7/130
7/130
13/130
12/130
68/130
9/130
14/130
12/130
25/130
34/130
7/130
19/130
10/130
7/130
7/130
21/130
42/130
23/130
22/130
8/130
7/130
17/130
7/130
8/130
7/130
31/130
17/130
32/130
23/130
12/130
8/130
14/130
16/130
19/130
23/130
9/130
15/130
10/130
8/130
16/130
54/130
20/130
10/130
19/130
7/130
10/130