« En direct de la Présidence de l’APLV, Les Langues Modernes 1/2007, par Sylvestre Vanuxem

samedi 10 mars 2007

Depuis le début de l’année 2007, l’APLV est déjà intervenue sur de nombreux terrains. Le comité a donné son accord pour que notre association soit signataire de deux textes. L’un est à l’initiative de l’AFDE (Association Française pour le Développement de l’Espagnol) et a été envoyé au directeur de l’Institut des Etudes Politiques de Paris afin que les élèves de cet établissement puissent bénéficier de meilleures conditions pour apprendre d’autres langues en plus de l’anglais (lire le texte sur le site aplv-languesmodernes.org.) L’autre texte est un appel de la FELCO rappelant que la préservation d’une langue ne passe pas que par son enseignement mais aussi par son existence dans la vie publique, culturelle, les médias et la création. On demande qu’une politique positive soit menée pour la transmission de l’occitan (texte consultable sur le site creo-mp.chez-alice.fr.)

Suite aux propos que je tenais dans cette même rubrique dans le précédent numéro des Langues Modernes, l’APLV a écrit au ministre de l’Education Nationale pour en savoir plus sur la façon dont serait menée la réforme des IUFM et leur intégration dans les universités. Les associations de spécialistes comme l’APLV seront-elles amenées à participer à la réflexion ? Dans un courrier daté du 21 décembre 2006 adressé au Président de l’APLV, le Ministre de l’Education Nationale répond : « cette importante réforme (…) requerra toutes les compétences : s’agissant de l’enseignement des langues vivantes aux différents niveaux de l’école, du collège ou du lycée, la contribution de l’APLV sera la bienvenue ». Parallèlement, la réflexion nécessaire sur la question de la bivalence des professeurs de langue et la mise en place du CECR a démarré lors de notre réunion de comité le 27 janvier dernier. En cette année électorale, l’APLV devra également rester vigilante : quelle place les candidats accorderont-ils aux langues vivantes dans leur programme ?

Notre implication se poursuit dans le projet REAL (Rassemblement Européen des Associations de Linguistes), les ateliers du CELV et l’Observatoire Européen du Plurilinguisme (on parle déjà des deuxièmes assises du plurilinguisme pour 2008 et la charte du plurilinguisme est en cours de finalisation.)

Les régionales ne sont pas en reste : sur une initiative de la régionale d’Orléans-Tours, des conventions ont été signées avec des directeurs de CRDP pour que des numéros des Langues Modernes soient disponibles à la vente unitaire dans leur établissement. Cela donnera à la revue et à l’association une plus grande visibilité. La régionale de Lille est allée à la rencontre des stagiaires IUFM, cette démarche permet non seulement de présenter l’APLV aux futurs enseignants mais aussi de rester à l’écoute de leurs attentes. D’autres régionales ont déjà prévu d’imiter cette initiative.

Tout ceci témoigne de l’importance du rôle que jouent les associations de spécialistes, mais rappelle aussi qu’elles ont besoin de moyens humains, et aussi financiers sous forme de cotisations, pour assurer toutes ces missions.

L’APLV a élu son nouveau bureau lors de sa dernière réunion de comité. Aux anciens membres sont venus s’ajouter plusieurs nouveaux dont vous pourrez découvrir les noms dans la rubrique « Vie de l’Association » de ce numéro. Nous leur souhaitons la bienvenue et nous réjouissons de travailler avec eux. Par ailleurs, lors de cette réunion Pierre Méthivier est venu présenter la FNAI (Fédération Nationale des Associations d’Italianistes) qui souhaitait devenir membre de l’APLV en tant que personne morale. Le comité a approuvé cette adhésion à l’unanimité.

Cette année aussi, l’APLV devra entamer une autre réflexion sur l’avenir de ses publications, notamment du Polyglotte. Le but de celui-ci à sa création était de faire circuler des informations rapidement sans avoir à attendre la prochaine parution des Langues Modernes. Aujourd’hui, le site APLV-Langues Modernes, dont le succès va croissant (au point d’intéresser les publicitaires), remplit cette mission et remet en question l’existence du Polyglotte dans sa forme actuelle. Nous devrons garder à l’esprit que tous les adhérents de l’APLV n’ont pas accès à Internet ou n’ont pas encore l’habitude d’aller y chercher systématiquement leurs informations. Si rien ne pourra changer en 2007 dans ce domaine, l’année étant déjà entamée, il faudra néanmoins en profiter pour préparer l’avenir.

Ce numéro consacré aux séjours linguistiques et échanges scolaires et universitaires permettra à chacun d’entre nous de faire le point sur une question à propos de laquelle nous sommes régulièrement consultés par nos élèves, leurs parents, nos collègues, parents ou amis. Nous pourrons ainsi plus facilement répondre à la fameuse question « Mon fils/ma fille voudrait se perfectionner en langues pendant les vacances, que me conseilles-tu ?... »

Bonne lecture