Espagne : les cours de langues en vogue - un flash du Figaro.fr

mardi 10 mai 2011

Dépêche AFP du 08/05/2011

Poussés par la crise économique et un chômage galopant, les Espagnols, traditionnels mauvais élèves en langues étrangères, se ruent sur les cours privés dans l’espoir d’améliorer leur niveau et de convaincre les employeurs.

[...]

Leur faible niveau en langues a longtemps pénalisé les Espagnols sur le marché du travail. Près d’un sur deux - 46,6% - ne parle aucune langue étrangère, au quatrième rang européen après la Roumanie, la Hongrie et le Portugal, selon l’agence européenne Eurostat.

Ni le chef du gouvernement José Luis Rodriguez Zapatero, ni le leader de l’opposition Mariano Rajoy ne parlent anglais, M. Rajoy ayant cependant confié qu’il prenait trois heures de cours par semaine.

Le phénomène tient en partie à l’isolement qu’a connu l’Espagne pendant les années de la dictature franquiste, lorsque les adultes d’aujourd’hui étaient écoliers. Après la mort de Franco en 1975, l’enseignement des langues s’est développé, sans atteindre jusqu’à très récemment le niveau des autres pays européens.

"L’histoire de l’anglais en Espagne n’a même pas un demi-siècle. Dans les années 70, personne ici n’avait entendu parler anglais", souligne Cornelia Hubner, de l’Esade business school de Barcelone.

Mais aujourd’hui, à mesure que les sociétés espagnoles se développent à l’international, la pratique d’une langue étrangère est devenue presque indispensable pour trouver du travail.

58% des emplois réservés aux jeunes diplômés des universités et 65% des offres pour les cadres moyens requièrent une deuxième langue, selon l’agence de recrutement Randstad.

M. Zapatero confiait récemment que les Espagnols avaient un problème "évident" avec l’anglais et le gouvernement, conscient qu’il s’agit d’une nécessité économique, a décidé d’agir depuis plusieurs années déjà.

De fait, dans la région de Madrid, une école primaire sur trois est aujourd’hui bilingue, avec 30 à 50% des cours en anglais ou dans une autre langue. L’objectif est d’arriver à la moitié des écoles en 2015.

En 2008, selon Eurostat, 98% des écoliers du primaire en Espagne ont étudié une langue étrangère, l’un des niveaux les plus élevés en Europe après le Luxembourg, la Suède et l’Italie.

Lire la dépêche en entier sur le site du Figaro