« Apprentissage de l’anglais en section européenne au lycée : représentations et pratiques » - Thèse de doctorat de Jean-Luc Breton (juin 2011)

mardi 29 novembre 2011

Thèse de doctorat en Langues, littératures et civilisations des pays anglophones
soutenue le 15 juin 2011 à l’Université de Paris-Ouest Nanterre La Défense sous la direction de Madame le Professeur Anne TREVISE.

Résumé
La recherche présentée s’appuie sur un suivi longitudinal à la fois d’élèves scolarisés en sections européennes dans des séries générales, technologiques et professionnelles, et d’un groupe-témoin de lycéens qui ne suivent pas ce type d’enseignement.

Après une présentation du dispositif spécifique que constituent les sections européennes, de la réalité locale des établissements observés et des lycéens ayant participé à l’enquête, ce travail se poursuit par l’analyse des productions écrites en anglais de ces lycéens et l’étude des représentations qu’ils ont de leur apprentissage et de l’enseignement qu’ils reçoivent. Cela permet en premier lieu de percevoir que les élèves inscrits en section européenne ne parviennent pas à une compétence discursive en anglais plus vaste et plus ciblée que celle des autres lycéens de leur âge scolarisés dans des classes « ordinaires », d’autre part de mettre en évidence l’impact cognitif de l’expérience personnelle de la langue étrangère sur le progrès des élèves.

Mots-clefs : sections européennes ; progrès ; langue outil ; langue objet ; expérience de la langue ; représentations ; approche communicative.


Learning English in a high school « European » programme : mental conceptions and practices.

Summary
This research is based on a longitudinal study of two categories of secondary high school pupils, a group involved in “European” programmes in different types of schools, comprehensive, technical and vocational, in which a school subject is taught through English, and a control group of pupils who follow a traditional curriculum in a French secondary school. After introducing the characteristics of the programmes, the local conditions and specificities of the schools in which the
observations have taken place, and the pupils who have acted as informants in the research, this study moves on to an analysis of the pupils’ written work in English and of the influence of the mental conceptions they hold of their learning rocesses and of the teaching they receive. The outcomes of the study are first that the communicative competence of European programme pupils does not seem to be notably more versatile or precise than the one developed by “ordinary” pupils,
and then that direct experience of communicating in a foreign language has a significant cognitive impact on the language proficiency of adolescents in a school context.

Key words : European programmes ; progress ; mental conceptions ; focus on form ; language as experience ; communicative language teaching.


Plan

Chapitre 1. Le cadre de l’enquête
Chapitre 2. Les inégalités scolaires et leurs représentations
Chapitre 3. L’évolution de l’interlangue des élèves dans leurs productions écrites
Chapitre 4. Les représentations que les élèves ont de l’institution scolaire
et de son fonctionnement
Chapitre 5. Les attitudes et les stratégies des élèves
Chapitre 6. De la langue objet à la langue expérience : les voies de l’autonomie
Conclusion
Bibliographie
Glossaire des sigles et termes spécifiques à l’enseignement scolaire

PDF - 2.5 Mo
« Apprentissage de l’anglais en section européenne au lycée : représentations et pratiques »
Thèse de doctorat de Jean-Luc Breton (juin 2011)

L’APLV remercie l’auteur d’avoir accepté que sa thèse soit publiée dans son intégralité sur son site.

Conditions d’utilisation :

Les règles universitaires en vigueur (citation de l’auteur et référencement bibliographique complet) doivent être appliquées pour l’utilisation et la reproduction de tout ou partie de cet ouvrage. Aucune reproduction, partielle ou totale, par quelque moyen que ce soit, ne doit donner lieu à profit financier : le prix éventuellement demandé à des étudiants pour des photocopies, par exemple, ne doit pas dépasser le coût de reproduction et de diffusion.