Projets d’échanges à distance : conseils, pistes et itinéraires", un dossier Émilangues, CIEP

jeudi 17 avril 2008
 Laure PESKINE

Aujourd’hui, la correspondance n’est pas la seule pratique d’échange à distance. Une grande diversité de projets s’est développée, mais les vocables qui les nomment sont à décoder, car ils ne sont pas issus d’une classification raisonnée et harmonisée, mais reflètent plutôt les cultures éducatives au sein desquelles ils sont apparus. Ce qui parfois contribue à dérouter les enseignants qui ne sont pas encore entrés dans la pédagogie de l’échange.

Ainsi, « projet collaboratif » est marqué par son origine québécoise, mais aujourd’hui il identifie également le type d’outil technique utilisé (plateforme collaborative). En France, « coopératif » lui est préféré (collaboration ayant une connotation historique de triste mémoire).

« Partenariat » est marqué par ses origines européennes ; c’est le mot-clé des programmes éducatifs européens Socrates et Leonardo Da Vinci. Mais il indique aussi son origine, le monde économique, et son transfert dans le monde éducatif.

« Mobilité virtuelle » s’origine très nettement dans le vocabulaire de la Commission européenne, née pour manifester que la mobilité n’est pas seulement physique (échange en présence), qu’elle peut être mentale, très efficace culturellement et menée à distance, notamment avec les technologies nouvelles. Son usage est néanmoins peu fréquent.

« Échange » est le mot le plus générique, le plus ancien, porteur d’une connotation humaniste, mais peut être le verra-t-on se moderniser et s’angliciser sous la forme d’un e-échange ? Pour l’heure nous préférons l’expression « échange à distance ».

Projet Comenius, projet Leonardo Da Vinci, projet eTwinning, appariement, etc. Ces vocables apportent une information supplémentaire, celle du programme qui soutient le projet et dans le cadre duquel il se développe. Mais cette information doit être accompagnée d’une bonne connaissance de ces programmes pour être efficace.

Projet bilatéral, projet multilatéral, jumelage, …. Ces mots vont identifier un élément de la situation générique d’échange relatif au nombre d’instances impliquées dans le projet (pays, régions, établissements).

Production coopérative, histoires croisées, villages interactifs, classes collaboratives, romans virtuels coopératifs,… Ces expressions apportent une information sur le type de démarche de travail et de production qui est développée dans le projet.

Ce petit lexique montre que la variété des mots fréquemment employés dans ce domaine ne correspond pas toujours à la variété des pratiques pédagogiques mises en œuvre dans les projets et manifeste le besoin d’une typologie fondée sur des critères explicites pour se repérer et pour choisir le type de projet qui convient à chaque situation spécifique.

Sommaire :
1.Quels type de projet mettre en oeuvre ?
2. Comment trouver des partenaires ?
3. Comment impliquer les élèves ?
4. Quels outils informatiques et pour quoi faire ?
5. Comment travailler avec nos partenaires ?
6. Quels sont les programmes, les textes officiels et les structures de soutien ?
7. Comment en savoir plus ?

Accéder au dossier interactif en ligne sur le site du CIEP


Émilangues