In memoriam Pierre Moreau, par Hélène Ladevie

lundi 26 mars 2012

Pierre Moreau, grand amateur de littérature anglaise, fut professeur d’anglais en classes de Lettres Supérieures et première supérieure (option anglais) au lycée Chaptal à Paris et à l’École Polytechnique. Son intérêt pour l’enseignement des langues le porta vers le militantisme à l’APLV, où il occupa diverses fonctions. 

En 1969, il devint président de la commission d’anglais, puis rédacteur en chef des Langues Modernes de 1970 à 1975. Ses efforts portèrent sur la constitution d’une équipe de rédaction en lien avec les commissions spécialisées et les Régionales de l’association. La revue, pour Pierre Moreau, se devait d’être le fruit d’un travail collectif. Il désirait élaborer une pratique rédactionnelle conforme à l’attente des lecteurs des Langues Modernes.

Il fut Président de l’APLV de 1978 à 1983. Son mandat fut marqué par la tenue des Assises pour les langues vivantes les 1er et 2 décembre 1979 à Paris, où syndicats et associations mirent en commun leurs réflexions sur les finalités, les objectifs et les moyens d’un enseignement de langues formateur, éducatif et culturel. Au sein des États Généraux, Pierre Moreau sut faire reconnaître les positions fondamentales de l’APLV dans la rédaction de la Charte des langues. Il était très attaché à la défense de la diversification de l’enseignement des langues et à la formation des maîtres.

Sous le mandat de Pierre Moreau, dans le cadre de la rationalisation de la comptabilité publique, la subvention de l’Éducation Nationale, sous forme de local et de secrétariat, fut supprimée. Le local du 19 rue de la Glacière fut acheté en 1981 grâce à l’anticipation du trésorier de l’époque, Claude Arnoux. Pierre Moreau recruta le premier secrétaire administratif, Michel Lacombe, en rappelant que les frais d’entretien du local et de secrétariat pèseraient très lourd pour notre association.

C’est tout naturellement qu’en 1984 Pierre Moreau prit en charge la trésorerie de l’APLV, continuant la politique de prudence et d’économie de son prédécesseur. Même du Lubéron où il passait ses vacances en famille, il suivait de près les comptes. Il accomplit cette mission jusqu’à la limite de ses forces.

Pierre Moreau nous a quittés en décembre dernier, à l’âge de 76 ans. Ceux qui l’ont côtoyé gardent le souvenir d’un homme cultivé, secret, attentif, sachant manier l’ironie à petites doses et qui restera une des figures de l’APLV.

Hélène Ladevie
Présidente d’honneur de l’APLV,
trésorière de l’APLV