« Anglais contre langues nationales ? Pas si simple », un article de Sonia Fenazzi sur swissinfo.ch

samedi 2 juin 2012

Les langues alimentent de plus en plus souvent la controverse en Suisse. Francophones et italophones s’insurgent contre l’abandon progressif de leur idiome chez les germanophones au profit de l’anglais. À y regarder de plus près, la réalité est cependant plus compliquée.

L’idée que l’anglais est en train de se transformer en langue franque au détriment du français et de l’italien suscite régulièrement des débats médiatico-politiques. Les minorités helvétique répètent alors qu’il en va de la cohésion nationale.

Le feu couvait depuis plusieurs années déjà. Il avait été allumé en 1999 par le canton de Zurich, qui avait décidé de déclasser le français derrière l’anglais dans l’enseignement des langues étrangères dans le primaire. Une décision qui a fait tache d’huile dans presque tous les cantons germanophones.

Aujourd’hui, le français n’est plus enseigné comme première langue étrangère que dans trois des 17 cantons germanophones (Bâle-Campagne, Bâle-Ville et Soleure). Tous les autres ont relégué cette langue nationale à la deuxième place, derrière l’anglais.

Lire la suite de l’article sur swissinfo.ch