La formation des professeurs de langues vivantes en 1904 : le stage professionnel, par Maurice Potel

mercredi 13 juin 2012
 Laure PESKINE

Republication de deux articles parus en 1904 dans le Bulletin Mensuel de la Société des Professeurs de Langues Vivantes concernant le « stage professionnel ».
En 1904 la notion de formation des professeurs de langues vivantes étrangères est récente puisque ce n’est qu’à partir de la réforme de 1902 qu’est instaurée pour tous les candidats à un poste de l’enseignement secondaire l’obligation de suivre un stage pédagogique théorique dans une faculté et un stage pédagogique pratique auprès d’un professeur en exercice.

Le premier article est un compte rendu fait par un professeur d’allemand du lycée Voltaire, d’une réunion de professeurs de langues vivantes étrangères des lycées de Paris convoqués pour entendre la parole du Recteur recommandant que la préparation professionnelle des candidats au certificat d’aptitude et des candidats à l’agrégation soit données dans les établissements « sous la direction de maitres expérimentés partisans sincères des méthodes nouvelles ».
Par « méthodes nouvelles » il faut comprendre la méthode directe [1] qui s’est officiellement imposée dans l’enseignement secondaire français par les instructions des 15 novembre 1901 et 31 mai 1902.

PDF - 255.2 ko
Le stage professionnel, compte rendu de réunion par Maurice Potel, professeur d’allemand
Paru dans le numéro 7, janvier 1904, du Bulletin Mensuel de la Société des Professeurs de Langues Vivantes
PDF - 397.4 ko
Le stage professionnel, par Maurice Potel, professeur d’allemand
Paru dans le numéro 10, janvier 1904, du Bulletin Mensuel de la Société des Professeurs de Langues Vivantes

[1La méthode directe ne propose plus que des exercices entièrement en langue étrangère, limitent la partie grammaticale à des paradigmes proposés en cours de leçon comme résumés de ce que l’élève est censé avoir lui-même induit des textes de base, lesquels sont eux-mêmes fabriqués sur des contenus proches de la vie quotidienne des élèves. (Christian Puren, Histoire des Méthodologies, pp 18)