Fermeture du CAPES interne et des agrégations interne et externe de chinois à la session 2013

lundi 18 juin 2012

Motion votée par le département de chinois de l’Université Montpellier 3-Paul Valéry (le 29 mai 2012) et par le conseil de l’UFR2-langues de la même université le 11 juin 2012 :

« Le département de chinois (et le conseil de l’UFR2 - langues étrangères et régionales)de l’Université Montpellier 3-Paul Valéry ont appris que ni le CAPES interne-CAER , ni les agrégations externe et interne de chinois ne seraient ouverts pour la session 2013.

Ils rappellent que lors de la session 2012, seul avait été ouvert le CAPES interne-CAER - le CAPES externe-CAFEP et les agrégations externe et interne ayant été fermées.

Ces mesures sont d’autant plus étonnantes que le nombre des élèves étudiant le chinois (LV1, LV2 ou LV3) dans le secondaire continue de croître et que plus de 60% des enseignants du secondaire sont des non-titulaires [1].

Nous demandons donc que soient rétablis dès la session 2013 le CAPES interne-CAER de chinois et les agrégations externe et interne de chinois »

Le département Chine de l’INALCO et le conseil de la F.L.A.S.H. (faculté des lettres, langues, arts et sciences humaines) de l’Université de La Rochelle, le département d’Études chinoises de l’université de Haute-Bretagne Rennes II, soutenu par le Conseil des directeurs de départements de l’UFR Langues et civilisations ont voté la même motion.

Télécharger sur le site du Ministère la Liste des sections et options susceptibles d’être ouvertes à la session 2013.

L’APLV appelle à signer la pétition.

Signalons aussi l’enquête Eurobaromètre [2] qui vient d’être publiée et qui montre que pour les Européens si la perception de l’utilité du chinois pour le développement personnel est aujourd’hui légèrement plus répandue qu’en 2005 (+4 points), la perception concernant l’importance de l’apprentissage de cette langue pour les enfants est nettement plus répandue qu’en 2005 (+12 points).
Les résultats concernant le panel de 1059 personnes interrogées pour la France indiquent que 8% des Français interrogés pensent que le chinois est utile pour leur développement personnel (contre 6% des Européens) et 28% considèrent qu’apprendre le chinois est utile pour l’avenir de leurs enfants (contre 26% des européens).


[1Source : Le chinois, langue émergente. État de l’enseignement du chinois en 2010-2011 (mise à jour : décembre 2011) par Joël BEL LASSEN, inspecteur général de chinois , Ministère de l’Education nationale.
Voir aussi notre article du 15 juin 2011.