Le rapport de la mission d’information sénatoriale sur le métier d’enseignant fait état de la « la souffrance ordinaire des enseignants »

vendredi 22 juin 2012

Mme Brigitte Gonthier-Maurin, rapporteure de la mission d’information sur le métier d’enseignant a présenté le rapport au Sénat le 30 mai 2012.

Le rapport commence d’emblée par dire que « L’épuisement professionnel et les problèmes de santé graves d’une partie des enseignants sont des symptômes d’une crise du travail enseignant. »

Si le rapport, qui parle d’un « métier en crise », met bien en évidence l’exacerbation des conflits au sein des établissements et les relations de travail entre enseignants et chefs d’établissements qui ne sont pas toujours de nature à assurer un climat serein, il souligne aussi la « souffrance ordinaire des enseignants » qui sont « soumis en permanence à des injonctions contradictoires qui les empêchent de mener à bien leurs missions. Ils ont l’impression de ne pouvoir faire du bon travail, de devoir répondre aux injonctions extérieures plus ou moins légitimes, et de ne pas réussir à incarner ce que doit être un "bon enseignant". »

Commentaire de l’APVL : nombre de professeurs de langue se reconnaîtront dans cette description, eux qui doivent affronter depuis des années une multitude de réformes en étant obligés de s’autoformer, l’État, leur employeur, n’ayant pas pratiquement pas assuré la formation continue qui eût été indispensable.
Voir en particulier sur ce sujet : Enquête APLV sur la validation A2 au DNB : suivi de l’enquête.

Plus récemment, la note de service n° 2011-200 du 16-11-2011 dont la lecture attentive met en évidence
un tel manque de précision, voire de telles incohérences, que les enseignants se demandent bien comment ils vont pouvoir gérer ces nouvelles épreuves du baccalauréat auxquelles ils devaient dès cette année scolaire préparer leurs élèves.

- Le rapport souligne aussi la priorité donnée « aux impératifs financiers » qui priment sur « l’ambition pédagogique ».

Commentaire de l’APVL : rappelons à cet égard les nombreuses expérimentations qui n’ont jamais été évaluées, et qui ont été généralisées sans véritable concertation, l’objectif financier primant le plus souvent. Nous souhaitons à ce sujet que l’expérimentation sur la globalisation de l’horaire des langues vivantes, recommandée par le Comité stratégique des langues vivantes, concerne un nombre représentatif mais restreint de collèges et fasse l’objet d’une évaluation sérieuse. Voir sur ce site : Annonce d’une révision de la circulaire de rentrée 2012

- Le rapport annonce clairement l’échec de la mastérisation et la nécessité de remettre à plat la formation des enseignants.

Commentaire de l’APVL : l’APLV a réclamé avant la mise en place de la réforme l’ouverture d’un débat national sur la formation des maîtres et en a fait l’objet de sa journée d’étude lors de son assemblée générale de 2011. « La formation initiale des enseignants de langue : état des lieux et perspectives »

- Parmi les propositions contenues dans le rapport figure la nécessité de :

  • répondre à l’urgence en prononçant l’arrêt de la révision générale des politiques publiques ;
  • refonder les missions du service public d’éducation en recentrant l’école sur l’objectif de démocratisation ;
  • remettre à plat la formation initiale et continue des enseignants.

Compte rendu de la présentation du rapport devant le Sénat.

Télécharger le rapport.

L’analyse du Café Pédagogique.