Éditorial des « Langues Modernes » n° 3/2012, par Marie-Pascale Hamez et Bernard Delahousse, rédacteurs en chef

jeudi 27 septembre 2012

Le développement de l’autonomie de l’apprenant et la redéfinition du rôle de l’enseignant ne sont pas des thèmes nouveaux. Rappelons que le numéro 1-1993 des Langues Modernes était déjà consacré à l’autonomie comme moyen d’apprentissage, Mais aujourd’hui les enjeux ne sont plus les mêmes. L’apprentissage des langues étrangères est l’affaire de toute une vie, que ce soit dans un contexte scolaire ou extrascolaire. Dans des situations de plus en plus internationalisées, les apprenants sont fréquemment amenés à se préparer à la communication interculturelle et interlinguistique en autonomie, à prendre davantage en charge leur apprentissage. Ouvrant de nouveaux horizons didactiques, le CECRL [1] insiste d’ailleurs sur la notion d’apprentissage autonome puisqu’ « "apprendre à apprendre" fait partie intégrante de l’apprentissage langagier, de telle sorte que les apprenants deviennent de plus en plus conscients de leur manière d’apprendre, des choix qui leur sont offerts et de ceux qui leur conviennent le mieux » (2001, p. 110).

En tant que rédacteurs en chef des Langues Modernes, nous avons demandé à Monica Masperi, linguiste, didacticienne des langues et directrice du LANSAD de l’université Stendhal-Grenoble 3 [2] de coordonner le dossier de ce numéro consacré à l’autonomie. Nous lui sommes très reconnaissants d’avoir accepté cette tâche importante qu’elle a accomplie avec beaucoup de disponibilité pour permettre à notre revue de bénéficier de son expérience et de toute son expertise.

En complément à ce dossier, l’article de Patrick Chambaretaud, intitulé La construction de l’autonomie, une révolution conceptuelle ouvre à nouveau notre rubrique « Matière à discussion ». Enfin, l’article hors-thème de Pascale Abdelkhirane relate une expérience d’écriture et de publication de nouvelles menée en cours d’anglais au lycée.

Trois temps forts ponctuent notre rentrée associative. L’APLV sera représentée au festival des langues organisé par l’association No Man’s Langues les 28 et 29 septembre 2012 à l’université Lille 3 (Hall B) à Villeneuve d’Ascq. Il nous faut aussi rappeler l’AG de l’APLV qui aura lieu à Grenoble les 26 et 27 octobre prochains. Le 26 octobre, une journée d’études organisée par le LANSAD de l’Université Stendhal – Grenoble 3 prolongera la réflexion sur l’autonomie en s’interrogeant particulièrement sur le rôle des TICE. Le programme est publié sur notre site www.APLV-LanguesModernes.org. Les actes de cette journée d’études seront édités dans le n° 4-2013 des Langues Modernes.

Le 27 octobre 2012, les adhérents auront l’opportunité de renouveler le Conseil d’Administration de l’APLV. La liste des candidats et le bulletin de vote se trouvent à la rubrique « Vie de l’association » et sur notre site. Enfin, l’APLV sera présente au salon Educatec-Educatice qui se tiendra à Paris les 21, 22 et 23 novembre : une annonce à cet effet est publiée dans ce numéro.
Soyez nombreux, adhérents et non-adhérents à participer à ces rencontres !


[1Conseil de l’Europe (2001). Cadre européen commun de référence pour les langues : apprendre, enseigner, évaluer. Paris : Didier.

[2Service de Langues pour Spécialistes d’Autres Disciplines : http://lansad.u-grenoble3.fr/. Le LANSAD de l’université Stendhal Grenoble 3 est porteur du projet INNOVA-Langues, lauréat en 2012 de l’appel à projets national IDEFI (Initiatives d’excellence en formations innovantes). La vidéo de la conférence de Monica Masperi présentant ce projet est disponible sur Internet, publiée dans les Actes du séminaire « le numérique au service des langues » qui s’est tenu à Besançon les 2 et 3 juillet 2012 : http://num-langues.univ-fcomte.fr/pages/fr/menu3865/actes_sem-15675.html