L’APLV proteste contre le vote par le Sénat de la suppression de la qualification nationale pour les enseignants-chercheurs

lundi 24 juin 2013

L’Association des Professeurs de Langues Vivantes (APLV) s’associe aux très nombreuses protestations des collègues universitaires, suite au vote par le Sénat, lors du débat sur le projet de Loi sur l’enseignement supérieur et la recherche, d’un amendement supprimant la qualification nationale pour permettre l’accès aux corps des enseignants-chercheurs. À cause du petit nombre d’enseignants-chercheurs en poste ou de l’affectation de postes dans des établissements en appui à des formations non linguistiques (langues pour spécialistes d’autres disciplines ou LANSAD), de nombreuses langues vivantes ne disposent pas de représentants en nombre suffisant parmi les membres locaux siégeant dans les commissions de sélection réunies au sein des établissements, et ce seraient ainsi, parfois majoritairement, des collègues extérieurs à la discipline qui jugeraient désormais de la qualité scientifique et pédagogique des candidatures, sans le filtre préalable strictement disciplinaire de la qualification par la section correspondante du Conseil National des Universités (CNU).

Jean-Marc DELAGNEAU
Président de l’APLV

Pétition nationale pour le maintien des procédures de qualification par le CNU

N.B. L’amendement sur la sup­pres­sion de la pro­cé­dure de qua­li­fi­ca­tion des enseignants-chercheurs par le CNU, a été retiré le 26 juin par la Commission mixte paritaire.