Les enseignements d’hébreu et arabe menacés à l’université de Picardie

lundi 7 octobre 2013

Texte de la pétition :
Ces disciplines ont été enseignées depuis vingt-cinq ans à l’Université de Picardie. Elles ont de ce point de vue une mission civique qui loin de s’affaiblir s’est renforcée depuis les dernières décennies dans la région : elles forment une passerelle culturelle et un facteur de rapprochement entre les étudiants. Leur maintien est aujourd’hui menacé par un affaiblissement qui conduira à leur disparition. La mutualisation (regroupement des niveaux en un seul cours), mise en place cette année, entraîne de fait la suppression du niveau 2 rendant impossible la préparation à la licence d’hébreu et la formation des étudiants avancés en arabe.

L’économie réalisée est minime : 0, 003% du budget de l’université pour les deux disciplines ensemble.
Le nombre d’étudiants n’est pourtant pas négligeable :
- En hébreu moderne, une quinzaine environ pour les dernières années.
- En arabe, plus de 50 étudiants ont composé lors de la dernière session.
C’est pourquoi nous demandons à toutes les instances de l’université de prendre en compte la nécessité de cette mission. Ces enseignements s’accompagnent d’une fonction et d’une formation culturelle qui est prise régulièrement en charge par les cours.

Si des aménagements horaires étaient nécessaires, pour des raisons d’économies, ils ne devraient pas empêcher le maintien pour les étudiants de l’accès à une formation laïque qui permette à tous de suivre un enseignement adapté, tant en licence d’hébreu qu’en arabe, pour les étudiants maîtrisant bien leur langue d’origine. Il s’agit aussi de permettre aux étudiants inscrits d’avoir droit à un enseignement régulier et hebdomadaire, conformément à celui des autres disciplines. Ces enseignements représentent une richesse pour l’université.

L’APLV soutient cette pétition.

Pour signer la pétition :

Dans la presse :
Sur mediapart.
Dans le Courrier Picard.