Un enseignement de "l’entre-deux"

Quand la rencontre entre enseignant/enseigné s’accepte interculturelle
vendredi 20 octobre 2006

Titulaire d’une thèse de littérature comparée et diplômée en ethnopsychanalyse , Caroline Houlbert a effectué entre 2000 et 2003 plusieurs remplacements en tant que professeur de lettres dans différents collèges et lycées des zones d’éducation prioritaire de la région parisienne. Sensibilisée dans le cadre de ses recherches doctorales aux spécificités et aux enjeux de la relation interculturelle, Caroline Houlbert a été interpellée par les enfants de migrants qu’elle accueillait dans ses classes. A la fois " produits de culture " et " parcelles de nature ", beaucoup de ces enfants exprimaient par leurs comportements agités, en retrait, agressifs ou silencieux, l’absence de liens véritables non seulement avec le pays dans lequel ils étaient nés mais également avec la terre de leurs parents.

Lire la suite et l’entretien avec Caroline Houlbert, consacré à une expérience pédagogique menée entre 2000 et 2003 sur le site perso de Jacques Nimier.