La note du président - N°4/2014 des « Langues Modernes », par Jean-Marc Delagneau

samedi 13 décembre 2014

Comme annoncé, j’ai adressé au nom de l’APLV une demande d’audience à Madame la Ministre de l’Éducation Nationale, de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche à propos de la nécessité d’une politique nationale en matière d’enseignement des langues vivantes qui s’inscrive dans une cohérence à la fois au niveau de l’égalité territoriale, de la diversification de l’offre en langues étrangères comme régionales et du suivi entre les cycles de la maternelle à l’université.

L’APLV a été sollicitée parallèlement par les responsables du groupe lettres et des groupes cycles 3 et 4 su Conseil Supérieur des Programmes institué par la Loi d’orientation et de programmation pour la refondation de l’école afin de lui communiquer des remarques et propositions à propos du socle commun, des compétences en langues vivantes attendues des élèves à la fin de ces cycles de l’école primaire et du collège, ainsi que sur les modalités d’évaluation et la rédaction des futurs programmes. Une synthèse des contributions remises par des collègues concernés à divers titres par leurs fonctions antérieures ou actuelles au sein du bureau et du conseil d’administration sera donc adressée par mes soins aux responsables du Conseil Supérieur des Programmes. Je remercie tout particulièrement ces collègues pour leur investissement dans cette période.

Le colloque national commun avec le SNES sur les langues vivantes a été reporté à l’année 2015, sa date sera communiquée dès qu’elle sera arrêtée et je me rendrai le 11 décembre prochain dans l’académie de Rennes pour co-animer au titre de l’APLV avec Marc ROLLIN, responsable langues vivantes du syndicat, un stage régional de formation du SNES qui portera à la fois sur les problématiques nationales (socle commun de compétences, réécriture des programmes du collège, réforme et nouvelles modalités d’évaluation du baccalauréat) et sur l’expérimentation locale mise en œuvre par le Recteur dans cette académie (apprentissage de la LV2 dès la classe de 5ème). Les témoignages des collègues de terrain concernés à ces divers niveaux d’enseignement et leur participation aux débats devraient permettre de contribuer à l’élaboration de propositions et de perspectives sur ces différents dossiers d’actualité.

Le 15 novembre aura lieu à Paris au Lycée Henri IV une réunion de la conférence des associations de spécialistes des différentes disciplines à laquelle je participerai pour y représenter l’APLV, tandis que l’Assemblée Générale de l’APLV du 29 novembre au matin, de 10h à 13h, à Paris au Lycée Racine, sera suivie l’après-midi par une réunion des présidents des associations de linguistes membres de l’APLV.

L’APLV participera à nouveau aux divers salons où elle a l’habitude d’être présente, prochainement EDUCATEC, puis EXPOLANGUES du 5 au 7 février 2015, où elle animera une table ronde le jeudi 5 février.

Je vous invite très chaleureusement à venir nombreux à toutes ces manifestations et à y rencontrer les collègues de l’APLV présents pour débattre et contribuer aux actions de l’APLV.

Le siège de l’APLV situé 19 rue de la Glacière à Paris va faire l’objet de travaux de rénovation importants tant au niveau de l’immeuble que du local à partir de la mi-novembre et je remercie très vivement notre collègue Michel MOREL pour son implication dans le suivi du dossier et sa participation très efficace aux réunions concernant ce chantier qui permettent de préserver le patrimoine de notre association.

Les Langues Modernes prennent maintenant leur rythme de croisière avec la nouvelle équipe rédactionnelle dirigée par Pascal LENOIR dont c’est le premier numéro en pleine responsabilité, après le passage du témoin par l’équipe précédente. Je vous souhaite une agréable et enrichissante lecture de cette livraison dont la thématique, les pratiques théâtrales en classe de langue, s’adresse à tous les collègues, quel que soit leur niveau d’enseignement. Elle contribue ainsi à un objectif essentiel de l’APLV ainsi que de sa revue : le lien entre la théorie et la pratique pour alimenter la réflexion didactique en langues vivantes étrangères et régionales, en assurant le partage des travaux scientifiques et des expériences pédagogiques de terrain, en France comme à l’étranger, au plus grand nombre de collègues. Comme ce numéro est également le dernier de cette année civile, je saisis l’occasion pour vous inviter à nous rejoindre ou à renouveler votre adhésion et votre abonnement aux Langues Modernes, dont vous trouverez les modalités sur la page dédiée de ce numéro.