Appel à contributions - Les Langues Modernes 1-2017 « La télécollaboration interculturelle » - date limite d’envoi des propositions : 27 mars 2016

mercredi 20 janvier 2016

 
 

Coordination : Martine Derivry

Calendrier  :
- Publication de l’appel à communications : janvier 2016
- Propositions d’articles à la coordinatrice et au rédacteur en chef : 27 mars 2016
- Réponses de la coordinatrice et du rédacteur en chef : 17 avril 2016
- Retour des tapuscrits : 10 juillet 2016
- Comité de lecture : septembre 2016
- Retour des textes finalisés : 11 décembre 2016
- Fin mars 2017 : publication du N° 1-2017 des Langues Modernes

Contacts :
- Martine Derivry : derivry.martine@neuf.fr
- Copie au rédacteur en chef des Langues Modernes : Pascal Lenoir : pasc.lenoir@wanadoo.fr

Orientation du numéro :
La télécollaboration interculturelle [1] concerne l’échange d’apprenants en classe de langue situés dans des lieux ou pays différents au moyen des nouvelles technologies (Internet, Skype, Hangout, chats …) [2]. La plateforme e-twinning pour la collaboration entre classes, ou Edmodo, Moodle permettent peu à peu le développement de pratiques des cours hybrides (une partie en classe et en présentiel articulée à des activités hors de la classe).
La télécollaboration interculturelle pour l’enseignement des langues dans le secondaire (http://www.tilaproject.eu) [3] comme dans le supérieur (http://uni-collaboration.eu) nous éclaire sur le fait que ces dispositifs interrogent toutes les langues (http://carap.ecml.at/).
Elle questionne également la mise en pratique authentique de répertoires en langue cible et la mise en relation tout aussi authentique d’apprenants-acteurs aux répertoires sociaux et culturels. Les langues et les cultures par la télécollaboration sont déterritorialisées. Je peux m’entretenir de mon appartement parisien en espagnol avec des Espagnols en Espagne ou ailleurs. Je peux tout autant converser avec des Espagnols en anglais ou en allemand si la situation de communication s’y prête… Voilà le monde dans lequel grandissent les élèves, les étudiants, les apprenants tout au long de la vie [4].
Face à ce constat, la didactique des langues en posant la transversalité didactique re-conceptualise les notions de langue et de culture selon son axe praxéologique [5]. L’enseignement des langues soutient et accompagne les médiations nécessaires à ces nouvelles pratiques qui démultiplient les occasions de s’entretenir de façon authentique avec d’autres et qui améliorent l’efficacité des apprentissages [6] La dimension culturelle souvent délaissée ou ignorée peut nécessairement être travaillée lors de la télécollaboration dans laquelle s’inscrit la communication d’acteurs-apprenants aux capitaux sociaux et culturels divers [7]. Comment communique-t-on dans une langue étrangère avec autrui, chacun ayant ses propres implicites culturels ? Comment les enseignants de langues peuvent-ils favoriser la communication dans les limites des possibles et développer les connaissances culturelles au moyen des langues [8] ?

Les contributions attendues concernent toutes les langues et se distribuent selon les axes suivants :

  • Les expériences de télécollaborations interculturelles de la maternelle à l’enseignement supérieur et à la formation continue selon la perspective des différents acteurs. Quels impacts pour les apprenants, pour les enseignants et pour l’administration ?
  • Les tâches proposées en télécollaboration interculturelle selon les niveaux d’enseignement, selon les langues, et selon les objectifs qu’ils soient langagiers ou plus volontiers culturels. Quels contenus développer ? Quelles évaluations proposer ?
  • Les réflexions didactiques concernant la télécollaboration interculturelle, l’impact pour l’acquisition en langues et en cultures, selon un mode « tandem » c’est-à-dire en réciprocité de langue (un Français apprenant l’anglais avec un Anglais apprenant le français) ou en « lingua franca » (un Français apprenant l’allemand avec un hollandais apprenant l’allemand). Comment se croisent les cultures d’enseignement, les cultures disciplinaires en fonction des langues, et comment s’organisent les cultures d’apprentissage dans ces espaces tiers que sont les télécollaborations ?
  • La formation des enseignants de langues et la télécollaboration interculturelle en formation initiale ou continue. Comment intégrer ces dispositifs de télécollaboration interculturelle au curriculum de la formation initiale et continue ? Quelles formations de formateurs pour accompagner les enseignants-stagiaires ? Quels contenus pour associer pratique et recherche pour quelle démarche réflexive ?

Consignes aux auteurs d’articles pour Les Langues Modernes


[1O’Dowd, R. (2007)Online intercultural exchange. An introduction for foreign language teachers.Clevedon : Multilingual Matters.

[2Guichon, N. 2012. Vers l’intégration des TIC dans l’enseignement des langues. Paris : Didier.

[3Ce projet a été coordonné pour sa partie recherche en France par M. Derivry (UPMC, Paris 6), Sofia Stratilaki (Université de Paris 3), Anthippi Potolia (Université de Paris 8) et Amel Boughnim (Inalco). De jeunes européens d’établissements du secondaire ont pu pratiquer l’anglais, l’allemand, l’espagnol et le français ensemble à distance de façon synchrone et a-synchrone.

[4Blommaert, J. (2010) The sociolinguistics of globalisation. Cambridge : Cambridge University Press.

[5Zarate, G. D. Lévy & C. Kramsch. (2008). Précis du plurilinguisme et du pluriculturalisme. Paris : E.A.C.

[6Jauregi, K., Melchor-Couto, S., & Vilar Beltrán, E. (2013). The European Project TILA. In L. Bradley & S. Thouësny (Eds.), 20 Years of EUROCALL : Learning from the Past, Looking to the Future. Proceedings of the 2013 EUROCALL Conference, Évora, Portugal, 123-12.

[7Derivry-Plard, M., Alao, G., Yun-Roger, S., Suzuki, E. (2014). Dispositifs éducatifs en contexte mondialisé et didactique plurilingue et pluriculturelle. Berne : Peter Lang.

[8Liddicoat, J. A., Scarino, A. (2013). Intercultural Language Teaching and Learning. Chichester : Wiley-Blackwell.