« Saussure et l’avenir des sciences de la culture », 9 mai 2016 - Université Paris Sorbonne

vendredi 8 avril 2016

Vingt ans après De l’essence double du langage, journée d’études organisée par Astrid GUILLAUME et François RASTIER
Université Paris Sorbonne
Maison de la recherche
28 rue
Serpente, 75006 Paris
salle D 223

Vingt ans après la découverte des manuscrits dits de l’Orangerie, notamment De l’essence double du langage, il est temps de faire le point, de mesurer le chemin parcouru et d’évaluer les perspectives qui s’ouvrent.

Le saussurisme s’était édifié pour l’essentiel à partir du Cours de linguistique générale, dont on célèbre cette année le respectable centenaire. Or la publication de nouveaux documents en 2002 a fait paradoxalement de Saussure un auteur de ce siècle, car ils dépassent les critiques adressées jadis au Cours par les post-structuralistes et les déconstructeurs.

Loin des condamnations rituelles d’un structuralisme fantasmé, ils ont permis de reconsidérer et d’approfondir la problématique saussurienne en linguistique, si bien que l’on a pu parler de néo-saussurisme. Les nouveaux développements théoriques et descriptifs intéressent bien entendu la méthodologie de l’analyse grammaticale mais aussi la sémiosis, les formes sémiotiques, les styles, genres et discours. Outre bien sûr la linguistique, des disciplines et champs de recherche comme la stylistique, les études littéraires, les humanités numériques, la sémiotique des cultures et plus généralement l’ensemble des sciences humaines et sociales sont intéressées par le nouvel essor du saussurisme, qui contribue à un projet fédérateur.

PDF - 220.4 ko
Télécharger le programme