Podcasting ou baladodiffusion ? Quelques références en ligne.

vendredi 9 février 2007
 Laure PESKINE

Les professeurs de langues vivantes sont de grands utilisateurs de baladodiffusion ou podcasting [1]

Quelques références récentes :

Sur Educnet :

Le préambule aux programmes de langues vivantes - palier 2 fait référence au procédé :
« On aura également recours à des enregistrements audio ou audio-visuels authentiques, si possible au format numérique pour une plus grande facilité d’utilisation, de transmission et de
transport (enregistrements au format mp3 notamment) bien sélectionnés tels qu’en proposent notamment de récentes publications multimédias. La mise à disposition des élèves de ces enregistrements (notamment sous forme de fichiers électroniques) permettra
de prolonger cette activité hors temps scolaire.
 » [2]

B.O n°11 du 18 mars 2010 Préparation de la rentrée 2010
1.4.2 Stimuler l’apprentissage des langues vivantes
L’amélioration des compétences orales des élèves est désormais indissociable du recours au numérique. De plus en plus de ressources numériques interactives sont aujourd’hui disponibles tandis que des outils comme la diffusion par baladeur permettent d’accroître le temps d’exposition à la langue, d’enregistrer simplement les élèves et d’évaluer leurs compétences orales.
Durant l’année scolaire 2010-2011, chaque établissement doit pouvoir proposer dans une ou plusieurs classes de langues une utilisation de la diffusion par baladeur. Un guide d’utilisation de cet outil expliquant comment réaliser ce projet dans l’établissement sera disponible avant l’été.

Presque tous les sites académiques ont leur rubrique "podcast"

Colloque Cyber-langues 2007

Recommandations de la commission générale de terminologie sur les équivalents français du mot “podcasting”

Recommandation DU 15-12-2006
JO DU 15-12-2006
Rappelées dans le B.O. du 8 février 2007

À partir d’un nom de marque (iPod) créé pour désigner un nouveau type de baladeur, s’est développée une série lexicale (to podcast, podcasting...) dont l’utilisation en français est source de confusion. Quelles qu’en soient la marque ou les fonctions, cet appareil est aisément et clairement désigné par le terme baladeur numérique.
Rendant compte des possibilités d’utilisation de plus en plus étendues qu’offrent les baladeurs numériques, le néologisme anglo-américain podcast désigne non seulement des émissions et des programmes audio, mais aussi des fichiers et des produits informatiques incluant images et films, susceptibles d’être diffusés (to podcast) au moyen de cette technologie multimédia (podcasting), qui permet une écoute en différé.
Parallèlement, le verbe franglais podcaster s’est répandu dans l’usage, employé abusivement, notamment par les chaînes de radio, avec le sens de télécharger. Cette dérive crée un amalgame entre deux notions pourtant bien distinctes, la diffusion et le téléchargement.
La Commission générale rappelle qu’elle a recommandé comme équivalent français à podcasting le terme diffusion pour baladeur, le mot employé au Québec étant baladodiffusion (Journal officiel du 25 mars 2006). Seuls les mots diffuser, diffusion... correspondent à la notion exprimée en anglais par podcast et par ses dérivés to podcast, podcasting...
En revanche, dès qu’il s’agit de l’opération de transfert de fichier ou de programme sur un support numérique (download ou upload, en anglais), en particulier un baladeur, la Commission générale recommande de s’en tenir aux termes en usage : télécharger, téléchargement, téléchargeable... seuls corrects et suffisamment explicites.