"La nouvelle documentation est arrivée" : un article de E. Ferlay, J.-P. Archambault, M. Drechsler, D. Varlet et A. Mahé

jeudi 18 octobre 2007
 Laure PESKINE

Désormais, les folksonomies, information non structurée, coexistent avec le domaine d’expertise traditionnel du documentaliste, à savoir l’information structurée. Après les moteurs de recherche, elles peuvent être perçues par la profession comme de nouvelles « concurrentes », l’informatique et les réseaux ne cessant depuis une trentaine d’années de modifier en profondeur l’univers et les métiers de la documentation, qui requièrent désormais de solides connaissances et compétences informatiques et juridiques. Avant d’aller y voir d’un peu plus près, quelques mots sur le contexte des ressources immatérielles et de leur mise à disposition.

Un contexte contradictoire

D’un côté il y a la banalisation des outils de production numérique et le développement d’Internet qui portent en eux-mêmes la croissance ininterrompue de l’offre de ressources en ligne, pédagogiques notamment avec l’émergence en nombre d’auteurs-utilisateurs enseignants. C’est le règne de l’abondance. Qui signifie un défi stimulant pour les documentalistes, une formidable opportunité, une raison d’espérer. Il est en effet logique et inévitable que plus la quantité d’informations augmente plus on a besoin de la hiérarchiser, de la filtrer, de la commenter, de l’animer et de la fédérer. Comment par exemple feront les élèves pour se repérer et trouver une juste information dans les 15 millions de livres numérisés de Google ? Et c’est même la responsabilité des enseignants et des documentalistes vis-à-vis des jeunes générations de ne pas laisser les élèves « se débrouiller tout seuls » avec Internet. De leur faciliter l’accès aux ressources et de leur apprendre à chercher l’information dont ils ont besoin.

De l’autre côté, il existe des combats (d’arrière-garde) pour instaurer des barrières autour des biens de connaissance et de culture et rendre « compliqués » leur accès et leur appropriation, pour freiner la libre circulation des oeuvres sur Internet, en contradiction avec la logique profonde de l’outil.

Lire la suite sur le site de l’EPI


EPI

50/133
133/133
34/133
20/133
7/133
12/133
12/133
8/133
12/133
26/133
7/133
19/133
43/133
23/133
21/133
8/133
17/133
8/133
8/133
32/133
30/133
22/133
10/133
8/133
14/133
19/133
15/133
10/133
8/133
10/133
19/133
7/133
10/133