A la Maison Heinrich Heine à Paris : Entretien « La gifle et les roses : cinquantenaire d’un geste contre l’oubli », lundi 5 novembre 2018

mardi 30 octobre 2018

Le 7 novembre 1968, Beate Klarsfeld giflait le Chancelier allemand de l‘époque, Kurt Georg Kiesinger, lors du congrès de la CDU à Berlin : elle entendait ainsi attirer l’attention de l’opinion publique sur le passé nazi de celui-ci, qui fut membre de la NSDAP et fonctionnaire aux Affaires étrangères chargé de la propagande sous le régime nazi. Ce geste fut, à l’époque, le déclencheur d’un vif débat. Beate Klarsfeld devint une figure symbolique du mouvement de 68, qui s’érigea fortement contre les tentatives de taire, et de faire oublier le passé nazi et avec lui ceux qu’ils l’ont soutenu et accompagné.


Sur le site de la Maison Heine

50/131
131/131
36/131
15/131
7/131
68/131
9/131
8/131
15/131
12/131
24/131
38/131
7/131
21/131
10/131
7/131
7/131
7/131
21/131
39/131
13/131
14/131
23/131
27/131
7/131
8/131
16/131
7/131
7/131
8/131
33/131
22/131
32/131
23/131
14/131
12/131
14/131
16/131
17/131
26/131
11/131
15/131
10/131
16/131
54/131
8/131
20/131
7/131
10/131
18/131
7/131
10/131

Si vous désirez recevoir notre lettre d’information hebdomadaire envoyez un message vide à cette adresse :
lettres-subscribe@aplv-languesmodernes.org

JPEG - 23.9 ko

Découvrez nos ouvrages en Anglais, Allemand, Espagnol et FLE