En direct de la présidence - n° 67 du Polyglotte

décembre 2006
mardi 13 février 2007

par Sylvestre Vanuxem
Président de l’APLV

L’Assemblée Générale de l’APLV s’est réunie les 9 et 10 décembre derniers au CRDP de Marseille. Je tiens à remercier ici une fois encore la Régionale d’Aix-Marseille, sa présidente Françoise Casali et Claude Barrial cheville ouvrière de l’organisation logistique de cet évènement, pour la qualité de leur accueil.

Outre la possibilité de faire un bilan des activités de l’association, les participants ont eu l’occasion d’entendre trois intervenants. Chantal Forestal, maître de conférences à l’Université de Provence a tout d’abord plaidé pour qu’une plus grande place soit faite à l’approche trans-culturelle dans l’enseignement des langues en France dans son intervention intitulée « Compétence éthique en didactique des langues et cultures ». Selon elle, la mise en regard des cultures en classe de langue, mais aussi d’autres disciplines permet de développer un sens éthique chez l’enseignant le rendant mieux à même de transmettre les savoirs en respectant l’identité de chaque apprenant tout en le plaçant au centre de son apprentissage. Une implication concrète de cette démarche est la création de postes d’enseignants bivalents en langues. Cette question délicate a déjà été évoquée à l’APLV et cette intervention a apporté un éclairage nouveau sur le débat.

Plus tard dans la journée, Claire Bourguignon, maître de conférence à l’IUFM de Rouen, nous rappelé que le CECR (Cadre Européen Commun de Référence) adopté par l’éducation nationale pour la guider la progression et l’évaluation des apprentissages en langues n’était pas une fin soi confortant des pratiques établies, mais plutôt un point de départ pour appréhender l’évaluation de façon dynamique. La perspective actionnelle qu’il envisage impliquant l’apprenant dans une série de situations par l’assignation de tâches a ainsi été mise en valeur.
Pour illustrer ses propos, Claire Bourguignon a cédé la parole à Philippe Delahaye, conseiller en formation continue dans l’académie d’Aix-Marseille et chargé de mission pour le développement du Diplôme de Compétence en Langue [1]. Il nous a montré comment ce diplôme (dont la version 3 devrait bientôt voir le jour) est une application concrète de la perspective actionnelle. Les candidats devant accomplir une série de tâches en langues étrangère dans le cadre d’un scénario où les évaluateurs sont aussi des acteurs. Le DCL n’est pas destiné aux élèves de l’enseignement secondaire mais aux étudiants et adultes. Il pourrait néanmoins servir d’inspiration pour les épreuves des examens à remanier en fonction du CECR.

Outre leur grande qualité ces trois interventions ont aussi permis de fixer des grands axes de travail pour l’APLV en 2007 : la possible bivalence des professeurs de langues, la prise en compte du CECR et son influence sur l’évaluation.

Je vous souhaite une excellente année 2007.