Appel à contributions - Les Langues Modernes 4-2017 : « Le texte littéraire dans l’enseignement des langues »

dimanche 11 septembre 2016

Coordination : Nadja Maillard, Université d’Angers nadja.maillard@univ-angers.fr

Calendrier :
- 15 décembre 2016 : envoi des propositions d’articles à la coordinatrice et au rédacteur en chef ;
- 15 janvier 2017 : réponse de la coordinatrice et du rédacteur en chef ;
- 30 avril 2017 : envoi des tapuscrits à la coordinatrice Nadja Maillard et au rédacteur en chef ;
- juin 2017 : comité de lecture, après lecture en aveugle des articles ; 
- mi-septembre, retour des articles finalisés ;
- fin décembre, publication du n° 4-2017 des Langues Modernes.

Orientation du numéro
L’objectif général de ce numéro des Langues Modernes est de s’interroger sur la place du texte littéraire dans l’enseignement / apprentissage des langues étrangères en contexte scolaire.
Après avoir été « sacralisée » dans les méthodes dites traditionnelles, mise au « purgatoire » par les méthodes structuro-globales audiovisuelles, puis « banalisée » dans les approches communicatives (Gruca 2001), la littérature suscite depuis une quinzaine d’années un véritable regain d’attention dans le domaine de l’enseignement / apprentissage des langues. Un intérêt particulier est notamment accordé aujourd’hui aux questions relatives à la réception du texte, à la dimension individuelle, personnelle et subjective de la lecture (au moment où en Français langue maternelle les théories du « sujet lecteur » - Rouxel et Langlade 2004 - font florès), à la dimension culturelle / interculturelle du texte littéraire (Maillard 2014), aux approches transartistiques (Bouvier, Pauzet et Ulma 2013). À l’échelle européenne, plusieurs publications (par ex. Riportella 2007) tout en remarquant que la présence du texte littéraire dans le Cadre Européen Commun de Référence des langues (CECRL) restait discrète et sans grande cohérence et que les manuels eux-mêmes proposaient dans ce domaine « bien peu d’innovations pédagogiques » (ibid.), mettent cependant en avant les potentialités offertes par le renouveau en cours des paradigmes méthodologiques (nouvelles approches sous formes de tâches, pédagogie de projet notamment).
Plusieurs colloques, ouvrages et / ou numéros de revues ont contribué, ces dernières années, à enrichir ce champ de recherches (cf. bibliographie), qui se développe au croisement de la didactique de la littérature et de la didactique des langues, et se sont interrogés sur le rôle à donner à la littérature dans l’enseignement / apprentissage des langues (Bemporad et Jeanneret 2007 par ex.). La revue Les Langues modernes a déjà abordé ces questions, notamment en 2005 à l’occasion d’un numéro consacré au « plaisir de lire ».
Nous souhaitons, dans le cadre de ce numéro à paraître pour décembre 2017, nous interroger plus spécifiquement sur les pratiques effectives autour des textes littéraires dans l’enseignement des langues étrangères secondes et régionales, en contexte scolaire.
Nous avons choisi de nous intéresser exclusivement au contexte scolaire (primaire et secondaire), auquel moins de travaux spécifiques ont été consacrés jusqu’alors. La présence du texte littéraire en cours de langue ne va pas nécessairement de soi : quelles en sont les modalités de lectures, les finalités ? Témoignent-elles de réticences, de tensions vis-à-vis de la place des textes littéraires dans l’enseignement / apprentissage des langues ? Quels sont au contraire, les renouvellements et innovations dont elles témoignent ? Quelles sont les éventuelles passerelles entre la place du texte littéraire dans les cours de langue maternelle et ceux de langues étrangères ? entre les cours des différentes langues étrangères, dont les paradigmes méthodologiques peuvent différer (Lenoir 2010 pour la spécificité de la didactique de l’espagnol par ex.) ? entre les cours de langues étrangères « ordinaires » et ceux de sections plus spécifiques (options littéraires ou enseignement bilingue par ex.) ?
Les propositions d’articles pourront adopter des approches comparatives, et mettre en regard différentes langues, différents niveaux scolaires ou différents pays. On pourra s’interroger sur les différentes répercussions du CECRL en Europe, selon les pays et / ou les langues enseignées. La période contemporaine sera privilégiée, même si des mises en perspective historiques restent possibles.

Ces propositions s’inscriront dans les axes de travail suivants :

1/ Objectifs et activités en lien avec le texte littéraire en classe de langue :
dimension culturelle et interculturelle du texte littéraire en classe de langue ; liens avec les didactiques du plurilinguisme, avec les pratiques artistiques (musique, théâtre, cinéma ...), avec les autres disciplines scolaires ; texte littéraire et numérique ; texte littéraire et pédagogie de projets ; lien lecture / écriture ; la voix, le corps, les émotions du sujet lecteur ; lecture et performance.

2/ La question des corpus :
- place de la littérature de jeunesse, des littératures « migrantes », des « classiques »,
- place et modalités de travail des différents genres : poésie, théâtre, conte, nouvelle...
- extraits versus textes intégraux.

3/ La question des publics et des contextes :
- texte littéraire et langue seconde, langue de scolarisation pour les publics migrants,
- classes « ordinaires » versus filières bilingues, options littéraires
texte littéraire et DNL .

4/ Perspectives méthodologiques :
- renouvellements (des objets, des finalités, des pratiques) initiés par le CECRL,
— continuités et ruptures entre la place du texte littéraire dans l’enseignement des langues maternelles et dans celui des langues étrangères (influence de travaux et propositions portant sur les langues maternelles),
- continuités et ruptures entre la place du texte littéraire dans l’enseignement des différentes langues étrangères,
- soubassements méthodologiques : théories du texte, de la lecture, de l’enseignement / apprentissage des langues,

5/ Perspectives formatives :
- le texte littéraire dans le répertoire didactique des enseignants : analyse des représentations et pratiques, reconfigurations du répertoire,
- le texte littéraire dans la formation (initiale, continue) des enseignants.

Ces questions pourront être appréhendées de différentes manières, notamment via :
- l’analyse de programmes, manuels, revues pédagogiques ;
l’analyse des représentations et des pratiques enseignantes : enquêtes, études de cas, comptes rendus d’expériences (...)
Seront privilégiées les propositions qui articuleront réflexion sur des enjeux théoriques et analyses de données issues du terrain.

Bibliographie :
ASSOCIATION DE DIDACTIQUE DU FRANÇAIS LANGUE ÉTRANGÈRE (2010). Littérature et FLE : tissages et apprentissages. Actes des 45e et 46e rencontres, Paris, mars 2010, Dijon, octobre. Les Cahiers de l’ASDIFLE, 22.
BEMPORAD, C. et JEANNERET, T. (éds.) (2007). Études de Lettres : Lectures littéraires et appropriation des langues étrangères. 4, 278.
BOUVIER, B. & PAUZET, A., ULMA D. (coord.). 2013 & 2014. Voix Plurielles : Dossier « Art, interculturel et apprentissage des langues » Vol. 1 & 2. Revue de APFUCC.
DAUNAY, B. (2007) « État des recherches en didactique de la littérature », Revue française de pédagogie n° 159, 139-189.
DUFAYS, J.-L. (éd.) (2007). Enseigner et apprendre la littérature aujourd’hui, pour quoi faire ? Sens, utilité, évaluation. Louvain : Presses universitaires de Louvain.
FENNER, A.-B. (dir.) (2002). Sensibilisation aux cultures et aux langues dans l’apprentissage des langues vivantes sur la base de l’interaction dialogique avec des textes. Strasbourg : Conseil de l’Europe.
GRUCA, I. (2001). « Littérature et FLE : bilan et perspectives ». In : La recherche en FLE. Actes des 25e et 26e rencontres de l’Association de didactique du français langue étrangère, Paris, mars 2000, La-Baume-lès-Aix, septembre 2000. Les Cahiers de l’ASDIFLE, 12, p.44-56.
Le Langage et l’homme : Quelle place pour la littérature en classe de langue-culture ? juin 2009, vol. 44, 1. Cortil-Wodon (Belgique) : Éditions modulaires européennes.
Les Langues modernes  :La littérature. Association des professeurs de langues vivantes, 2/2005. APLV.
LENOIR, P. (2009).De l’ellipse méthodologique à la perspective actionnelle, la didactique scolaire de l’espagnol entre tradition et innovation (1970 – 2007). Thèse de doctorat. Université Jean Monnet de Saint-Etienne. APLV.
MAILLARD, N. (2014). Le texte littéraire francophone, passeur de langues et de cultures. Interactions didactiques en contexte universitaire, Thèse de doctorat. Université d’Angers-L’UNAM.
MAILLARD, N. (2016). « Le texte littéraire, « lieu emblématique de l’interculturel » en classe de FLE ? », Actes de la journée d’études des journées de la Francophonie, Médiations et didactiques de la langue culture françaises (à paraître aux éditions Riveneuve).
MÉDIONI M.-A. (2005). L’art et la littérature en classe d’espagnol. Lyon : Chronique sociale,
PUREN, C. (2006). Explication de textes et perspective actionnelle : la littérature entre le dire scolaire et le faire social. APLV
RIPORTELLA, L. (2006). Le texte littéraire en classe d’espagnol. Lyon : INRP.
RIPORTELLA, L. « Texte littéraire et cadre européen commun de référence pour les langues, Incidence sur les instructions officielles et sur les manuels de langues au lycée », Les Langues modernes, 3/2005, APLV.
ROUXEL, A. et LANGLADE, G. (dir) (2004). Le sujet lecteur, lecture subjective et enseignement de la littérature. Rennes, France : Presses Universitaires de Rennes.

Consignes aux auteurs d’articles pour Les Langues Modernes