Les Langues Modernes 1/2009 : « Enseigner et apprendre le lexique »

jeudi 19 mars 2009

Ci-dessous ne se trouvent que les résumés des articles.
Tous les articles de ce numéro, qu’ils aient été publiés à l’origine dans la revue papier ou sur le site, sont publiés dans l’espace abonnés du site et donc accessibles à tous ceux ayant un abonnement en cours aux Langues Modernes.


coordonné par Frédéric R. Garnier

Éditorial par Bernard Delahousse et Marie-Pascale Hamez [Revue et site en accès libre]
Clin d’œil par Benoît Cliquet [Revue, et site en accès libre]
La note du Président par Sylvestre Vanuxem [Revue, et site en accès libre]
« In memoriam Martine Baruch » par Roselyne Mogin-Martin [Revue, et site en accès libre]

Le dossier : Enseigner et apprendre le lexique

Introduction : « Enseigner et apprendre le lexique » par Frédéric R. Garnier

« L’acquisition du vocabulaire : encore une question d’activité » par Maria-Alice Médioni

[Revue]
Résumé
La question du lexique et de l’acquisition du vocabulaire se pose aujourd’hui différemment dans un contexte où la compréhension est comprise comme une composante à part entière de la compétence communicative et doit être travaillée à travers des activités davantage envisagées en termes de traitement de l’information en vue d’un usage social de la langue : il s’agit de prélever dans le document sonore ou visuel l’information dont on a besoin pour réaliser une tâche déterminée et avec d’autres. Ce qui explique que là où la plupart du temps l’on se contentait d’offrir des listes de vocabulaire pour faciliter la compréhension, il est essentiel à présent de penser les outils nécessaires pour développer cette compétence, en termes de stratégies, principalement. Il s’agit de rendre les élèves capables de repérer et de prélever des indices différents : situationnels (les lieux, les personnages…), pragmatiques ( les actions, les intentions…) et linguistiques (en commençant par les mots les plus connus ou transparents, sur lesquels on peut prendre appui). Les repérages vont constituer les ressources nécessaires à la réalisation de la tâche de compréhension qui devra être articulée à la tâche de production à venir. En même temps, il n’est pas possible de faire l’impasse sur les activités qui vont permettre de stabiliser le vocabulaire pour le rendre actif et mobilisable plus facilement.

« Intercompréhension, compétence lexicale réceptive et production » par Ester Cilento

[Revue]
Résumé
Cet article présente une expérience didactique qui fait partie intégrante d’une recherche dans le domaine des études sur l’intercompréhension entre langues romanes et sur l’approche lexicale de Lewis (1993). Après avoir exposé les présupposés théoriques de notre proposition didactique, nous rendons compte d’une expérience didactique menée sur ces bases en milieu universitaire, dont les principaux objectifs sont l’amélioration des compétences productives, écrites et orales, à travers la réexploitation de leur compétence lexicale réceptive.
Mots-clés : Intercompréhension entre langues romanes, Approche lexicale, Didactique italien LE, lexique en milieu universitaire en LE, compétence d’écriture.
Keywords  : Mutual comprehension of Romance languages, Lexical approach, Italian as a foreign language Teaching, Foreign language lexicon at university, Writing skills.

« Les concordances parallèles et l’étude du lexique » par Francine Roussel

[Revue et Annexes sur le site ]
Résumé
La difficulté majeure que pose le maniement du lexique, particulièrement en langue étrangère, est l’adéquation des mots non seulement à la pensée, mais aussi au contexte. Les problèmes surviennent parce que le choix des mots est dépendant du contexte et que ces contraintes contextuelles opèrent différemment d’une langue à l’autre. Les limites de notre mémoire, ajoutées au fait que les occurrences d’un mot ou d’une locution donnée sont souvent éparses, font que nous avons du mal à identifier l’environnement qui conviendrait à cet élément. L’objet de cet article est d’étudier l’aide que peuvent apporter dans l’apprentissage du lexique les concordances parallèles, cette nouvelle approche que l’on pourrait définir comme l’exploration comparative des emplois d’un élément linguistique (mot, expression ou morphème) en L1, et de ses traductions en L2 selon les divers contextes.

« Acquisition du lexique en FLE : quelle approche ? » par Nabila Benhouhou

[Revue]
Résumé
Une des difficultés que rencontre l’apprenant en situation d’apprentissage du français langue étrangère est l’acquisition du lexique sous ses différentes dimensions : phonétique, morphologique, sémantique, pragmatique ; ce qui peut déclencher un processus de réélaboration conceptuelle qui suscite chez l’apprenant la création de systèmes d’appréhension et de traitement basés sur les acquis antérieurs, notamment la compétence plurilingue. En effet, dans un contexte d’enseignement/apprentissage d’une langue étrangère et, du fait que le plurilinguisme est envisagé dans la perspective du locuteur, l’acquisition de nouvelles ressources linguistiques se fait sur la base d’autres langues plus ou moins maîtrisées par une approche interactionniste.

« Le lexique, fil rouge de l’apprentissage linguistique ? » par Véronique Bourgery

[Revue et annexes sur le site ]
Résumé
La pédagogie moderne des langues vivantes fait une large part aux stratégies d’apprentissage et d’expression, et c’est heureux. Mais toute stratégie de compréhension comme d’expression suppose également un fonds de connaissances lexicales. Celui-ci s’enrichit au fur et à mesure de l’apprentissage. Pour être durable, cet enrichissement doit se faire grâce à un travail conscient et organisé sur le lexique et non pas automatiquement, par imprégnation. Pour l’enseignant, la constitution systématique du lexique avec ses élèves est une véritable stratégie à mettre en place, et cette stratégie exige une grande cohérence.

« De l’acquisition du lexique à la maîtrise de la langue » par Catherine Julien-Kamal

[Revue]
Résumé
Cet article a pour objectif de relater et de discuter une expérience menée dans le cadre du cours de français de première année de la Faculté des Langues Appliquées de l’Université Française d’Égypte. Étant donné le faible niveau de langue des nouveaux étudiants, l’équipe pédagogique a mené une réflexion visant à améliorer l’acquisition et le réemploi du lexique par les apprenants. Cette réflexion a débouché sur la mise en place d’une nouvelle démarche d’enseignement-acquisition du lexique permettant de dépasser l’opposition lexique/syntaxe.
Mots clés : acquisition, compétence lexicale, collocation, lexical approach, syntagmes préconstruits.

« Les mots de liaison créent-ils de bon liens en anglais ? » par Élizabeth Crosnier

[Revue et version longue sur le site ]
Résumé
Les mots de liaison constituent des éléments pratiques pour baliser le discours et assurer la cohésion à l’intérieur d’un texte. Utilisés par des apprenants français dans leurs textes rédigés en anglais de manière abusive, exclusive, parfois erronée ou déviante, ils n’atteignent pas toujours leur objectif. Ils sont en surnombre et ils excluent généralement toute autre ressource, contrairement aux textes équivalents produits par les anglophones. S’ils ont fait l’objet de nombreuses études linguistiques, en anglais comme en français, ils ont rarement été envisagés sous un angle contrastif et dans un but pédagogique. Dans cet article, nous nous intéressons plus particulièrement aux connecteurs inter-phrastiques utilisés en contexte scientifique, aux fonctions qu’ils expriment et au bien-fondé d’une présence aussi intensive, alors que les anglophones les perçoivent souvent comme des intrus. Fondée sur un corpus de devoirs produits par les élèves lors de l’épreuve d’anglais des concours communs polytechniques (CCP) d’entrée aux grandes écoles d’ingénieurs, cette étude vise à attirer l’attention des enseignants/es d’anglais sur un usage particulièrement développé dans le second degré et dans les classes préparatoires scientifiques, à émettre des hypothèses sur les causes d’origine culturelle et scolaire française et à prendre conscience de l’opération de calque effectué lors du transfert des messages écrits en anglais. Nous pensons qu’il est possible de sensibiliser les jeunes apprenants aux autres ressources que l’anglais offre, les connecteurs ne constituant pas la seule option apte à assurer la cohésion.
Mots clés : mots de liaison, cohésion du discours scientifique, différences culturelles, enseignement de l’anglais en France.
Keywords : linkwords, cohesion in scientific discourse, crosscultural differences, English teaching in France.

« Lexique et micro-tâches TICE » par Évelyne Cauvin

[Revue]
Résumé
Ce travail est de type recherche-développement et porte sur le domaine de l’enseignement de lexique de langue anglaise par les TICE médiatisé par le tutoriel EMMA (Entraînement multimédia à la Maîtrise de l’Anglais), à des apprenants de niveaux A1/A2 et B2/C1.
Mots clés : : Micro-tâches / TICE / vocabulaire / lexique / autoformation / création de ressources / centres de ressources langues.
Keywords : Microtasks / ICTs / vocabulary / lexicon / computer-mediated training / multimedia resource creation / language resource centres.

« La phraséologie en classe de FLE » par Cristelle Cavalla

[ Article supplémentaire en accès réservé sur le site ]
Résumé :
L’enseignement du lexique en classe de Français Langue Étrangère est une question qui nous préoccupe du point de vue de la phraséologie ; les éléments tels que les expressions figées et les collocations, sont au cœur de nos interrogations. Nous présenterons ce qui existe pour l’enseignement des ces éléments spécifiques et nous proposerons l’ébauche d’une méthodologie en vue d’un enseignement plus ou moins systématique.

« Qu’est-ce qu’une erreur lexicale ? » par Dominic Anctil

[ Article supplémentaire en accès réservé sur le site ]
Résumé :
Cet article vise la caractérisation de la notion d’erreur lexicale, qui ne semble avoir fait l’objet d’une définition claire et complète ni en didactique des langues ni en linguistique. En nous appuyant sur une conception de l’unité lexicale empruntée à la théorie Sens-Texte, nous effectuerons un survol des propriétés des unités lexicales (forme, sens et combinatoire restreinte) et des erreurs qui sont associées à leur transgression. Ce tour d’horizon nous conduira à proposer une typologie exhaustive des problèmes lexicaux, susceptible d’aider les enseignants dans le diagnostic de ce type de problèmes.
Mots-clés : erreur lexicale, théorie Sens-Texte, typologie des problèmes lexicaux, didactique du français.
Key words : lexical error, Meaning-Text Theory, typology of lexical problems, French teaching

« Le Lexique actif du français, un dictionnaire pour l’apprentissage du vocabulaire » par Ophélie Tremblay

[ Article supplémentaire en accès réservé sur le site ]
Résumé :
Le Lexique actif du français (LAF) se présente comme un outil d’exploration des phénomènes lexicaux fondé sur un échantillon représentatif de dictionnaires. Il propose une nouvelle façon de décrire le lexique, en se spécialisant dans la description et la formalisation de deux phénomènes lexicaux importants, les dérivations sémantiques et les collocations. Il est particulièrement destiné à l’apprenant de langue, puisqu’il lui offre différents moyens linguistiques d’exprimer sa pensée et par le fait même, de développer sa compétence lexicale.

Hors-thème

« Construire des compétences phonologiques au service de la compréhension de l’anglais oral » par Laurence Vincent-Durroux et Cécile Poussard

[Revue]
Résumé
La compréhension de l’anglais oral est souvent une source de difficultés pour les apprenants francophones. Dans cet article, nous présentons les phénomènes mis en jeu en situation de compréhension de l’oral, phénomènes que les non-natifs ne peuvent maîtriser par la seule exposition à la langue anglaise en milieu institutionnel. Aussi, nous montrons que pour progresser dans cette compétence, l’apprenant doit être guidé dans son appropriation de connaissances sur l’anglais oral (notamment en regard des formes écrites) ainsi que dans le développement de stratégies le rendant capable de s’appuyer sur des repérages contextuels afin de compenser ce qui s’entend mal ou ne s’entend pas. Nous évoquons finalement de possibles mises en œuvre d’une telle approche.
Mots-clés : compréhension, anglais, langue orale, stratégies, phonologie
Key words : comprehension, English, oral speech, strategies, phonology

Comptes-rendus de lecture

« Petite histoire d’Anglo-Saxonnie, de Jean Duchesne » par Francis Wallet

[Revue]

« A cultural guide – Précis culturel des pays du monde anglophone, de Françoise Grellet » par Stuart Price

[Revue]

« Les ressources éducatives en libre accès : Pour diffuser gratuitement des connaissances », rapport de l’OCDE par Rémi Thibert

Article supplémentaire en accès libre sur le site

Livres reçus

C’était il y a... :« Le vocabulaire... de 1912 à 2009 dans Les Langues Modernes » par Francis Wallet
[ revue et site ]

Vie de l’association :
A.G. de Lille : Rapport d’activités 2008 et renouvellement partiel du Comité.
Action commune sur le projet de nouveau CAPES externe de LV.


Ce numéro est épuisé, les abonnés aux Langues Modernes peuvent avoir accès à l’intégralité des articles du dossier dans l’espace abonnés.


51/130
130/130
35/130
19/130
7/130
7/130
13/130
12/130
68/130
9/130
14/130
12/130
25/130
34/130
7/130
19/130
10/130
7/130
7/130
21/130
42/130
23/130
22/130
7/130
8/130
17/130
7/130
8/130
31/130
17/130
31/130
24/130
12/130
9/130
14/130
16/130
19/130
22/130
8/130
15/130
10/130
8/130
16/130
54/130
20/130
10/130
19/130
7/130
10/130