Les Langues Modernes n°4/2013 : « Apprendre à s’autoformer en langues : approches créatives et outils numériques »

vendredi 6 décembre 2013

Numéro coordonné par Monica Masperi

« Éditorial » par Marie-Pascale Hamez et Bernard Delahousse [Revue, et site en accès libre]
« Clin d’œil » par Benoît Cliquet [Revue, et site en accès libre]
« La note du Président » par Jean-Marc Delagneau [Revue, et site en accès libre]

Introduction : Apprendre à s’autoformer en langues : approches créatives et outils numériques par Monica Masperi et Marie-Pascale Hamez

[Revue]

« L’autonomie en question(s) » par Jean-Jacques Quintin

[Revue]
Résumé
Quelles sont les incidences, pour l’enseignant, d’une volonté affirmée de développer l’autonomie de ses étudiants ? Nous nous proposons d’approcher cette question sur le plan de la conception et celui de l’accompagnement dans une double perspective complémentaire, celle de l’agir compétent situé et celle offerte par l’approche socio-constructiviste. Elle nous amènera à nous interroger, du côté de l’enseignant, de l’apprenant ou des pairs, sur la place et le rôle de l’étayage, des stratégies d’apprentissage, sociales et affectives en particulier, de la motivation ainsi que du travail collaboratif dans le développement de l’autonomie.

Mots-clés : autonomie, étayage, situation étayée, design pédagogique, accompagnement, apprentissage collaboratif

« Processus d’autoformation : que nous apprennent les trajectoires en CRL ? » par Peggy Candas

[Revue]
Résumé
L’article présente les résultats d’une recherche portant sur l’analyse de trajectoires d’apprentissage autodirigé d’étudiants en centre de ressources de langues. Ils montrent un pilotage flou du processus d’apprentissage par l’apprenant, relativisant la nécessité de compétences organisationnelles très développées au profit de capacités comme la tolérance à l’incertitude, la flexibilité et les capacités réflexives. L’étude identifie aussi d’autres facteurs majeurs structurant les trajectoires : l’environnement, le hasard et les affects. La pertinence éventuelle de la notion de créativité pour décrire le processus d’apprentissage autodirigé est discutée.

Mots-clés : apprentissage, langue étrangère, autonomie, environnement, hasard, émotions, réflexivité, créativité

« Favoriser l’autonomie en apprentissage des langues : l’exemple de deux dispositifs pour les futurs professeurs des écoles » par Marie-Pierre Jouannaud et Coralie Payre-Ficout

[Revue]
Résumé
La réforme de la formation des enseignants du premier degré en 2010 a apporté un changement important dans le domaine des langues étrangères : les futurs professeurs du primaire doivent justifier, pour être titularisés, d’un certificat en langues d’un niveau de qualification correspondant au moins au niveau B2 du CECRL (décret n° 2012-999). Cette obligation a disparu en 2013 mais « l’aptitude à maîtriser au moins une langue vivante étrangère » (généralement interprétée comme une exigence de niveau B2) demeure exigible, comme pour tous les Masters. La préparation à une certification de niveau B2 dans les cinq activités de communication langagières constitue un enjeu important. L’autre défi majeur de cette formation est l’articulation entre la formation didactique et la formation linguistique. Nous proposons dans cet article un retour sur expérience et la mise en perspective de deux dispositifs de formation en anglais pour les étudiants de Master préparant le concours de professeurs des écoles. Mis en place dans deux contextes différents, ces dispositifs combinant enseignement/apprentissage à distance et en présentiel présentent un ensemble de pratiques innovantes et visent à développer la prise d’autonomie de l’apprenant.

Mots-clés : apprentissage langue étrangère, formation professeurs des écoles, autonomie, dispositif hybride, apprentissage collaboratif, TICE.

« Des cours hybrides en espagnol : pourquoi, comment ? Bilan de cinq ans d’utilisation de la plateforme Esprit en LANSAD et parcours de soutien LEA et LCE » par Emmanuelle Eggers

[Revue]
Résumé
Depuis environ cinq ans, nous avons mis en place des parcours complémentaires ou hybrides en espagnol à l’Université Stendhal-Grenoble 3, qui s’adressent aux étudiants LANSAD ainsi qu’aux primo-inscrits en LEA (Langues Étrangères Appliquées) et LCE (Langues et Cultures Étrangères) bénéficiant de soutien dans le cadre du plan Licence. L’objet de cette communication est de faire un état des lieux et de nous interroger sur la pertinence de ces formations. Pourquoi avons-nous mis en place ces parcours ? Qu’apporte l’utilisation des TICE par rapport à un cours traditionnel ? Comment les enseignants en charge de ces cours s’approprient-ils les outils mis à leur disposition ? Nous présenterons donc trois des parcours existants et leurs modalités d’utilisation et proposerons un bilan fondé sur des enquêtes et entretiens auprès des utilisateurs étudiants et enseignants, mais également sur une analyse des effets du plan licence en LEA. Enfin, nous nous attacherons à esquisser les perspectives de l’utilisation des parcours hybrides dans nos enseignements.

Mots-clés : public universitaire ; LEA LLCE LANSAD ; parcours hybrides ; parcours de renforcement ; environnement numérique d’apprentissage ; autonomie ; accompagnement.

« Un dispositif de formation à distance en ligne, en anglais : constats et perspectives » par Floriane Mahuziés

[Revue]
Résumé
Créée en 2008, cette formation à distance en ligne en anglais s’adresse aux étudiants de Master 2 de l’UJF (Université Joseph Fourier) comme parcours de remédiation suite aux résultats des examens de première session. Le parcours a été conçu dans une perspective professionnelle puisqu’il est offert à des étudiants inscrits en deuxième année de Master, en stage en entreprise de mars à mai. Après quatre années de fonctionnement, nous avons souhaité revoir l’architecture du parcours proposé ainsi que les modalités de réalisation des activités d’entraînement, la tâche finale (à savoir la rédaction d’un CV et d’une lettre de motivation en anglais) restant inchangée. Dans cet article, nous présenterons les modifications que nous avons apportées au parcours et nous en expliciterons les raisons. Nous évoquerons également les contraintes qui ont parfois limité l’évolution que nous envisagions.

« Participation d’une communauté d’apprenants à un dispositif d’autoformation : le projet LIRA » par Greta Zanoni

[Revue]
Résumé
LIRA est un dépôt de matériels multimédias – pour l’essentiel issus de l’italien parlé - destiné à développer des compétences pragmatiques en italien L2. Ce projet exploite le potentiel du réseau et, en particulier, du type d’environnement dans lequel les utilisateurs de LIRA se déplacent : les matériels didactiques sont en effet intégrés dans des espaces communs (forums de discussion). L’utilisateur, en outre, a la possibilité de comparer sa réponse avec les réponses fournies par les autres membres de la communauté, réalisant une sélection des réponses basées sur les caractéristiques socio-biographiques renseignées lors de l’inscription sur le site. L’accent est mis sur le rôle de l’apprenant en tant que membre actif d’une communauté virtuelle. Sur cette base, dans quelle mesure et de quelle manière le travail collaboratif et la comparaison des réponses permettent-ils une approche créative de l’apprentissage ?

Mots-clés : italien L2 – pragmatique – participation de la communauté – apprentissage – feedback multiple

« Jeu de traduction orale en ligne et apprentissage des langues » par Cristiana Cervini, Paulette Bouillon et Rachel Gasser

[Revue]
Résumé
Dans cet article, nous présentons une expérience concrète d’intégration du logiciel d’apprentissage des langues CALL-SLT, fondé sur la reconnaissance vocale et la traduction automatique, à l’Université de Bologne. Après avoir décrit et contextualisé un jeu de traduction orale à réaliser en autoformation ou en autonomie guidée pour les niveaux A1-A2, nous nous questionnerons sur l’opportunité d’entraînement personnalisé à l’oral que ce jeu offre aux étudiants et de diversification de la didactique en présentiel qu’il représente pour l’enseignant. L’évaluation des résultats obtenus avec un groupe d’étudiants lors d’une expérience-pilote tendrait à montrer que leur appréciation du jeu de traduction est effectivement liée à une amélioration de leur performance.

Mots-clés : apprentissage des langues, production orale, reconnaissance vocale, jeu de traduction.

« Autonomisation des apprenants dans un environnement d’apprentissage nomade en langues : quels enjeux ? » par Hee-Kyung Kim

[Revue]
Résumé
Apprendre une langue à travers un dispositif nomade soulève des questions quant à la nature du lien entre le tuteur et les apprenants et à la manière dont ces derniers s’approprient ce dispositif. Ainsi nous nous intéressons à savoir comment l’apprentissage nomade de langues pourrait constituer un levier pour l’autonomisation des apprenants. À partir d’une expérience menée en 2010 auprès d’un groupe d’étudiants coréens de FLE utilisant un dispositif nomade d’apprentissage, nous avons analysé les stratégies d’apprentissage qu’ils ont mises en œuvre pour répondre à cette question.

Mots-clés : apprentissage nomade, autonomie, tutorat en ligne

« Production orale en anglais : travailler en rythme, produire du sens et être compris » par Francis Picavet, Véronique Aubergé et Solange Rossato

[Revue]
Résumé
La dichotomie isoaccentuelle-isosyllabique entre les langues anglaise et française (par exemple) constitue un défi majeur, tant pour l’enseignant que pour l’apprenant de l’anglais « langue seconde ». L’accent dynamique lexical (stress), fixe en anglais, joue un rôle décisif dans la compréhension (ou non) du message, et son absence ou son déplacement rendent souvent l’interaction avec un locuteur natif très aléatoire ; ceci indépendamment de la correction phonétique ou de celle de la chaîne morphosyntaxique. L’accent lexical est l’un des éléments fondamentaux de la prosodie en anglais. La prosodie est elle-même fondamentale dans la réussite de toute situation de communication. Il est donc également fondamental pour l’apprenant d’en acquérir les bases dès que possible, sinon dès le début de son apprentissage. Une méthode simple basée sur une approche rythmique guidée à l’aide d’un métronome, facile à mettre en œuvre, est proposée. Elle permet d’améliorer rapidement les performances à l’oral, de communiquer et d’interagir avec des locuteurs natifs avec succès. De plus, ce travail effectué au niveau suprasegmental aura une influence déterminante sur la correction phonétique. Utilisée de façon régulière, elle pourra permettre d’acquérir durablement les réflexes langagiers, transformant ainsi l’expérience du contact avec des locuteurs natifs, malheureusement trop souvent vécue comme une déception parfois teintée de ridicule, en un moment de bonheur.

Mots-clés : anglais L2 ; production orale ; accent lexical ; rythme ; métronome ; prosodie

« Le programme Langues en actes : apprentissages croisés (théâtre et langue espagnole) » par Nathalie Spanghero-Gaillard et Emmanuelle Garnier

[Revue]
Résumé
Le programme Langues en actes a reçu un financement de l’Université Ouverte des Humanités et, de ce fait, est accessible par tous. Il propose actuellement une centaine d’exercices en espagnol langue étrangère destinés à des apprenants de niveaux A1 à C2 désireux de découvrir la culture espagnole à partir d’une œuvre théâtrale célèbre La casa de Bernarda Alba de Federico Garcia Lorca écrite en 1936 et dénonçant la société traditionnaliste espagnole. À travers des extraits de la pièce mise en scène par Matthieu Pouget et interprétée par la compagnie Les Anachroniques devant un public français, les apprenants sont invités à réaliser des activités linguistiques et découvriront prochainement un web-documentaire sur le processus de création artistique. Ces deux ensembles proposent des activités originales pour l’apprentissage d’une langue étrangère.

Mots-clés : espagnol langue étrangère ; création théâtrale ; apprentissages contextualisés

« Développer la communication orale par la « télésimulation » » par Adrien Payet et Anne-Lise Oliveira de Souza

[Revue] [Annexe sur le site, réservé aux abonnés]
Résumé
Cet article présente le projet DramaFle, qui a rassemblé depuis septembre 2010 des professionnels du Français Langue Étrangère et du théâtre dans plus de 15 pays afin de développer une technique nommée la « télésimulation ». Il s’agit d’une technique éducative et artistique visant à utiliser la vidéoconférence pour réaliser des simulations et des jeux de rôles à distance. Elle permet notamment aux apprenants en autoformation de se confronter à diverses situations de communication avec des enseignants ou comédiens francophones.

Mots-clés : télésimulation - communication orale – autoformation – théâtre

« Favoriser l’autonomie et la créativité à travers une démarche par projets intégrant le numérique » par Elke Nissen et Katrin Henze

[Revue]
Résumé
L’enseignement de l’allemand au sein du service des langues pour spécialistes d’autres disciplines (LANSAD) de l’université Stendhal Grenoble 3 (prochainement Grenoble-Alpes) s’inscrit, pour une partie de plus en plus large, dans un certain type de perspective actionnelle : la démarche par projets. À la lumière de la (brève) présentation de quatre projets, dont certains sont transversaux et communs à plusieurs cours, cet article est l’occasion de s’interroger sur le soutien à l’autonomie – ou à l’autonomisation – des étudiants et, de manière contrastive, sur le nécessaire apport par l’étudiant en termes d’autonomie et de créativité dans le cadre de ces projets.

Mots-clés : démarche par projets, autonomie, créativité

Hors-thème

« L’auto-formation concomitante à l’enseignement : l’impact de l’outil TBI pour l’éveil à la phonologie anglaise » par Françoise Raby et Émilie Magnat

[Revue]
Résumé
Notre article vise à présenter des résultats obtenus lors d’une recherche initialement consacrée au développement de la conscience phonologique en anglais L2 au CE1 grâce au tableau blanc interactif (TBI). Les données recueillies lors de l’observation de classe et des entretiens menés avec l’enseignante ont mis en exergue le processus d’auto-formation développé par l’enseignante dans le cadre de l’enseignement qu’elle dispense à ses élèves. Le TBI peut fournir des représentations externes des éléments linguistiques et ainsi constituer un instrument permettant aux acteurs de la situation d’apprentissage (enseignant et élèves) de réaliser des tâches spécifiques en phonologie. Cela nous amène à proposer des pistes pour accompagner et favoriser l’auto-formation des professeurs des écoles non-spécialistes en langue.


Pour s’abonner aux Langues Modernes

Pour commander le numéro à l’unité